last posts

Langues et Terminologie juridique : Qu’est ce que la communication?

 Langues et Terminologie juridique

Filière: Droit français

Semestre II

Pr: Saliha AMRAOUI 

Langues et Terminologie juridique S2 | Pr SALIHA AMRAOUI

La communication - Séance 01

Qu’est ce que la communication? 


 Selon les définitions fournies par les dictionnaires , communiquer,(mot d’origine latine communicare ) c’est :
  • Rendre compte à , faire part de, transmettre./
  • Avoir des relations, être en rapport avec quelqu’un.(cf.littré)
  • Transmettre, donner connaissance, faire partager à quelqu’un. être en relation, en rapport, en correspondance avec quelqu’un.(cf Larousse)
  •  Ainsi ces définitions mettent l’accent sur l’idée de transmission dans l’acte de communiquer et supposent qu’un acteur « déplace » des informations vers un récepteur. « Faire part », « faire connaître », impliquent une intention active en vue de passer un message.
  • Communiquer, ce pourrait être déplacer un message depuis un émetteur vers un récepteur. Pour créer une bonne communication, il suffirait, alors, d’avoir de bonnes compétences langagières, le langage étant l’outil perfectible de la communication.
  • Cependant, il faut relever le fait que l’origine latine du mot (communiquer) est la même que celle du mot (communion) ce qui peut faire penser à une relation particulière entre l’émetteur et le récepteur d’un message.
Les définitions du Littré et de Larousse précisent: «avoir des relations, être en rapport avec quelqu’un, faire partager à quelqu’un, être en relation, en correspondance avec quelqu’un ».



La communication - Séance 02


Il s’agit donc d’un processus plus complexe, qui a intéressé la plupart des spécialistes des sciences humaines.

  • Selon les dernières recherches en matière, il convient de souligner plusieurs points essentiels.

  • Il ya communication s’il ya échange de signification. C’est un outil social.il ya une intention personnelle, dirigée vers un partenaire ou un groupe qui consiste en une modification des comportements, des attitudes, des représentations ou des connaissances de chacun des interlocuteurs.
 

Définitions et mots clés


• Les facteurs constitutifs de l’acte de communication

  1. Emetteur: émet le message
  2. Récepteur: c’est celui qui reçoit le message 
  3. Message: c’est l’objet de la communication
  4. Canal de communication: voie de circulation du message(moyen sonore, visuel, tactile, olfactif, gustatif)
  5. Code: ensemble des règles, des signes et des combinaisons de ces signes
  6. Référent: contexte, situation, objets réels ou symboliques auxquels renvoie le message
  7. Feed-back: c’est mon impact dans la communication. C’est la réaction spontanée de mon interlocuteur à l’émission de mon message.





La communication - Séance 03

Les obstacles à la communication

Toute communication se traduit par l’expression d’un message de la part d’un émetteur en direction d’un récepteur.

Ce message, qu’elle qu’en soit la forme, s’exprime à travers des filtres physiologiques, psychologiques et culturels qui vont le caractériser.
 

• Or, ces filtres, chacun de nous les possède.
• La compréhension du message résulte de la concordance, ou coïncidence de ces écrans.

• Inversement, l’incompréhension naît de la différence de ces filtres qui font apparaître un déphasage entre le message émis et le message reçu c’est ce qui génère incompréhension et conflits.
 

1-Les obstacles psychosociologiques


• 1.1 Le cadre de référence : équivaut à une façon de penser, une structure mentale de l’individu référant à une culture spécifique.

• Tout acte de communication ne passe qu’à travers les filtres de l’émetteur et ceux du récepteur, d’où les phénomènes d’incompréhension ou même d’incommunicabilité entre deux individus
utilisant des filtres trop différents ou des cadres de références trop étrangers l’un à l’autre.
 

1.2 L’ethnocentrisme: c’est valoriser systématiquement sa propre culture et son groupe social en les considérant comme supérieures.

1.3 Les personnes défensives: ce sont des réactions ou comportements qui frôlent la déviance lors d’une interaction; ils se caractérisent par l’agressivité et une tension dans la voix et s’expriment à travers la critique systématique(pouvant aller jusqu’à la causticité, la dérision ou l’ironie(personnes irascibles voire même toxiques).




La communication - Séance 04

Face à ces attitudes négatives qui vous privent de votre potentiel, il faut tenter d’opposer la clairvoyance et apprendre à vous situer en faisant effort d’objectivité.

Dans ce cas, la prise en compte de l’image que votre entourage vous renvoie sera utile.

Plus important encore, le retour aux priorités de vos objectifs apparaît comme une solution constructive : Si vous aurez besoin de ses personnes dans le futur, il faut chercher la transaction en faisant des concessions, dans le cas contraire, l’évitement sera la meilleure stratégie.

• 1.4 Stéréotypes et préjugés: Ce sont des catégories cognitives (collectives ou individuelles) réductrices assimilées et apprises pour interpréter d’autres groupes sociaux; provoquent des attitudes ou des automatismes ne favorisant pas l’échange; (les français sont arrogants).

2-Les obstacles sémantiques

2.1 Les distorsions: Quand le contenu du message n’est pas interprété de la même façon par deux personnes.

2.2 La scotomisation: c’est une perception sélective du message voire même une attitude de nonchalance à l’égard de la personne qui tient un discours devant un auditoire.




La communication - Séance 05

3- Quelques stratégies

• Gagnant-Gagnant: une bonne communication devrait être un jeu à sommes non nulles, c’est-à-dire un jeu où ce que gagne l’un n’est pas enlevé à l’autre. Mieux vaut commencer par adopter certaines stratégies si nous voulons avoir une petite chance de passer nos messages convenablement. Certaines stratégies doivent être cultivées pour pallier les obstacles afférents à toute interaction.

La décentralisation: c’est le fait de revitaliser son cadre de référence afin d’accepter d’autres cultures et partant devenir citoyen du monde multiculturel et tolérant, parce que:
« découvrir les autres c’est s’ouvrir à une relation et non se heurter à une barrière » Claude Lévi-Strauss.

L’empathie: Aptitude cognitive et émotionnelle pour se mettre à la place d’autrui.

La synchronisation: c’est se mettre au diapason de son interlocuteur; elle consiste à adopter le même mode de communication de l’autre(adopter les mêmes gestes, reprendre les mêmes mots) pour faire comprendre à l’autre que l’on est sur la même longueur d’ondes que lui. Elle est utile pour désamorcer les situations de crise, et faire sentir à l’autre que l’on s’y intéresse à lui et à ce qu’il dit.

L’écoute active: est une attitude de disponibilité et d’intérêt à l’égard de l’autre pour créer une proximité avec lui et partant mieux communiquer.




La communication - Séance 06

L’analyse transactionnelle


• L’AT est une approche comportementaliste de la communication élaborée dans les années 1950 par Eric Berne.

• Elle stipule ce qui suit:
• La personnalité comporte trois états du Moi: le Parent, Adulte, Enfant(PAE). Ces états de moi sont présents en chacun de nous et interagissent dans notre communication avec nous-mêmes et avec les autres et influencent nos comportements.
 
• L’intérêt de l’AT est de proposer une théorie de ce que l’on appelle l’intrapsychique : ce que je communique aux autres, ce que j’exprime à l’extérieur de Moi trouve une origine (à l’intérieur de Moi). Comment se passe l’interaction? Y a-t-il un message caché derrière un message apparent? Dans quelle mesure la réaction de mon interlocuteur dépend-elle de ma façon de m’adresser à lui? Une panoplie de questions dont les réponses réfèrent à la division de la personnalité d’un individu en trois états (PAE).

L’état Parent

• Comprend les normes et les comportements que l’individu a appris des sources qui lui préexistent, des figures d’autorité, de ses parents, de la société dans laquelle il vit et de systèmes de valeurs. Le Parent peut fonctionner selon deux modalités dans le cadre de nos rapport avec les autres:
 
• Le Parent Normatif: il définit les normes de comportement, le droit, la morale, les principes, les valeurs, il conduit à diriger, à évaluer, à sanctionner, à permettre ou à interdire. Quand on branche le parent normatif, on emploie des termes caractéristiques(« il faut…, on doit…, toujours, jamais »), un ton de voix péremptoire, indigné autoritaire, tranchant.

• Le Parent nourricier: aide, soutient, se montre sensible et attentif à l’autre; il encourage, réconforte, rassure.


La communication - Séance 07

L’état Adulte

• C’est le siège de la pensée verbale, du raisonnement, il recueille, enregistre et utilise des informations de toutes origines; il se sert de ces dernières pour énoncer des faits, calculer des probabilités, prendre des décisions, préciser des objectifs, évaluer des résultats.

L’état Enfant

• Concerne le domaine du senti et comprend les besoins, les sensations et les émotions qui apparaissent naturellement chez une personne: la spontanéité, dans tous ses états
 
• L’AT, outil de communication, offre l’avantage de s’attacher à améliorer la qualité des communications ou( les transactions) à partir d’une théorie simple de la structuration de la personnalité.

• L’AT part du postulat que chaque personnalité est composée de trois parties appelées « Etats du Moi »; chaque état du Moi est un système d’attitudes et de comportements liés aux différentes étapes du développement d’un individu.



La communication - Séance 08

Les positions de vie


• Dans les situations relationnelles, votre comportement est guidé par l’image que vous avez de vous-même et de l’autre. Plusieurs formes de rapport à l’autre peuvent ainsi se présenter selon la façon dont vous vous valorisez et valorisez votre entourage.
 
• Parmi les instructions que propose l’Analyse Transactionnelle, la notion de position de vie est très efficace pour se situer vis-à-vis d’autrui. Nous adoptons suivant les contextes l’une des quatre positions de vie qui va influencer la manière dont nous pensons, agissons et entrons en relation avec les autres. Nous pouvons répertorier quatre positions de vie autrement dit quatre façons d’aborder les relations avec autrui.

• (++);(+ -);(- +);(- -).



La communication - Séance 09

La communication Non Violente

Qu’on soit en entreprise, en milieu universitaire ou dans le cadre familial, la communication fait souvent défaut et dégénère en rapport de force.

La non violence est l’un des éléments de tout projet de vie que ce soit à la maison, au travail, dans les écoles et autres lieux.

Elle permet de respecter une écologie d’existence, de coopération pour que chaque personne ait la possibilité de s’épanouir dans une certaine sécurité.

Dans ce sens, nous concevons que la communication non violente aide à sortir des patterns de jugements(mal - entendu ou un mal écouté), de méfiances et d’hostilités pour développer une lucidité qui se traduit dans la pratique par des attitudes et le développement des soft skills, autrement dit une panoplie des compétences liées au savoir-être.

Cette philosophie, ces compétences comportementales changeront nos communications, nos prises de décision, nos relations à nous-mêmes et aux autres et nos gestions positives des conflits.

Face à ces constatations l’américain Marshall Rosenberg a initié un processus de communication qui a donné naissance à la CNV.

Il s’agit d’un ensemble de concepts et d’outils destinés à aider les gens à établir des relations bienveillantes avec les autres.

Le terme non violent signifie le fait de communiquer avec l’autre sans lui nuire, l’objectif est également de développer une éthique fondée sur l’empathie et un projet pour une société  pacifiée.                              


La communication - Séance 10

1- Mettre en place la CNV permet aux personnes de:

-Reconstruire des liens simples et humains car la CNV instaure une réelle relation d’échanges dans le respect de soi et des autres.

-Exprimer les besoins authentiques sans jugement.

-Favoriser la coopération pour éviter des conflits inutiles dus à une communication inadéquate.

Elle est constituée de quatre étapes pour s’exprimer avec assertivité et sans violence:
-Observer les faits de façon neutre;
-Reconnaître nos besoins;
-Exprimer des sentiments;
-Formuler clairement une demande.

Considérer l’énoncé suivant:

Un patron dit à son employé:

« Tu n’ a aucun sens de responsabilité, tu t’absentes pendant une semaine sans donner aucun signe de vie?

La violence verbale contenue dans cet énoncé provient du fait que le patron attaque directement la personne de l’employé et non l’action qu’il a faite, ce qui constitue un outrage à sa dignité.

En suivant les étapes de la CNV, le patron aurait pu dire:
-Les faits: « Tu t’absentes pendant une semaine sans prévenir les responsables »
-Le besoin et l’émotion: « Je suis déçu à ce que tu aies agi de la sorte, un simple coup de fil aurait suffit pour me rassurer ».
-La demande: « Si seulement tu pouvais me prévenir, au cas où tu aurais un contretemps prochainement, je te serais reconnaissant ».





Comments



Font Size
+
16
-
lines height
+
2
-