Nouvelles



UNIVERSITE HASSAN II CASABLANCA

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Mohammedia

 

FILIERE : SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

 

SIXIEME SEMESTRE

 

MODULE : PROJET DE FIN D’ETUDES

 

 

 

METHODOLOGIE DE REDACTION D’UN RAPPORT DE RECHERCHE

 

 

Par le Professeur

 

 

MOSTAPHA SAJID

 

Docteur de l’Université des Sciences Sociales de Grenoble

 


Année Universitaire : 2020 /2021   






Le système universitaire1 a connu plusieurs réformes ; ses normes et leurs dénominations sont sans cesse en évolution. Ainsi, le système s’organisait autrefois autour d’un DES (Diplôme d’études supérieures) suivi d’un doctorat d’Etat. Ce système a été remplacé par un cursus licence (Bac + 4)- DESA (Diplôme d’études supérieures approfondies)/DESS (Diplôme d’études supérieures spécialisées)- doctorat. Ce système a été, lui-même, remplacé par le cursus LMD (licence- master- doctorat) actuellement en place.

 


1 Le travail universitaire s’influence par trois principaux acteurs, à savoir le Ministère de tutelle, représenté au niveau déconcentré par l’administration au niveau des Universités et des Facultés, le corps enseignant et les étudiants. En effet, le Ministère de tutelle influence le travail universitaire à travers le statut des enseignants et leur recrutement, les programmes, les accréditations des formations offertes dans les établissements universitaires, le mode et les critères de désignation des présidents des universités et des doyens et directeurs des établissements universitaires (facultés et écoles, les budgets alloués en matière d’équipement des établissements universitaires ainsi que les réformes engagées dans ce domaine de l’éducation et de l’enseignement supérieur. L’influence du Ministère de tutelle sur le système universitaire se manifeste également au niveau de l’intérêt plus ou moins accordé à la recherche scientifique à travers les dotations budgétaires et la mise en place d’une organisation de la recherche dans le cadre des Laboratoires et Centres de recherche. Le corps enseignant, par la pédagogie, l’abnégation, l’ouverture académique, le perfectionnement continu du savoir et méthodes, la passion pour ce métier et par le dévouement de ses membres, influence fortement les normes et les objectifs du travail universitaire. La prise de conscience et l’expression claire des objectifs de l’enseignement n’est pas une chose aisée à faire. Sachant que tout système universitaire repose, généralement, sur le Trio apprentissage/contrôle/sanction, cette situation fait circonscrire le travail universitaire dans le cadre de la logique de consécration par un diplôme. Certes, permettre l’obtention des diplômes et aiguiser l’esprit compétitif, à travers la procédure de l’évaluation et de la sanction par la note, demeurent des conditions fondées de tout système universitaire ; mais, un système universitaire doit offrir des conditions, des normes et des méthodes d’apprentissage et d’encadrement de nature à permettre aux étudiants de se réaliser pleinement en tant que citoyens éclairés dotés d’esprit critique et plus soucieux de la compréhension des rouages et dimensions du monde qui les entoure. Les étudiants, pour lesquels l’enseignement est conçu, exercent une influence sur l’état de la vie et système universitaires. Ainsi, l’implication des étudiants dans la bonne santé d’un système universitaire peut être repérée à travers l’efficacité et l’excellence des devoirs et travaux accomplis et aussi à travers la prise en compte de leurs attentes collectives exprimées dans les différents conseils où ils sont représentés. L’efficacité d’un travail universitaire faire référence à trois domaines : les savoirs, les attitudes et les pratiques. En effet, l’efficacité d’un travail universitaire implique la mise en cohérence de ces trois domaines :

-          la mise en cohérence des savoirs et des attitudes passe par la recherche d’une plus forte maîtrise des outils et normes méthodologiques, et aussi par l’acquisition des attitudes qui leurs sont liées ;

-          la mise en cohérence des savoirs et des pratiques passe par la prise de conscience des savoir-faire que l’on développe ;



 

GRADES

ANNEES

DUREE

Baccalauréat

 

 

 

 

Licence

L.1(S1 et S2)

L.2  (S3 et S4)

………DEUG

L.3  fondamentale et professionnelle

(S5 et S6)

 

 

2  ans

 

3  ans

Master recherche ou Master professionnel

 

2    ans    après    la licence (Bac+5)

 

Doctorat

 

3 ans au moins

après le grade du master

 

S’il peut être question durant les deux premières années universitaires de proposer des dossiers de recherche documentaire (dissertation2, commentaires de texte, fiches de lecture, résumés de

 


-          la mise en cohérence des pratiques et des attitudes passe enfin par une prise de recul permanente vis-à-vis de son travail et par l’analyse constante de ses pratiques. [Michel Vigezzi (2004), p.143]

2 La dissertation économique et sociale comprend généralement trois parties :

l’introduction, le corps du devoir ou le développement et la conclusion. Il s’agit pour vous de construire et présenter votre dissertation, argumentée au plan de l’analyse économique, en réponse au sujet posé : Cela suppose une introduction claire, et un développement logique.

I/ L’introduction d’une dissertation a pour objet de présenter le sujet et la manière dont il va être traité. Ce qui est annoncé dans l’introduction doit être bien analysé dans le développement.


L’introduction idéale de la dissertation est dite en forme d’ « entonnoir » : en effet, il convient de partir d’idées très générales pour être de plus en plus précis en s’acheminant, étape par étape, au sujet proposé. Le grand art est d’arriver progressivement au libellé du sujet de dissertation qui peut être soumis à une reformulation variée par les étudiants et constituer la question centrale qui pose problème (la problématique) et qui appelle un traitement analytique et une élucidation dans la partie du développement.

En particulier, l’introduction doit :

a)       démontrer l’intérêt et la spécificité du sujet (préciser les termes du sujet et exploiter les interactions entre eux) et définir les enjeux principaux ainsi que les principales questions en débat (une mise en perspective historique peut se révéler intéressante pour retracer l’évolution du phénomène étudié) ;

 

b)   annoncer clairement votre problématique (l’interrogation principale ou la réflexion qui pose problème) et sa justification principale et logique ;

c)    énoncer clairement le plan que vous allez suivre pour démontrer et répondre à votre problématique.

II/ Puis le développement de ce plan doit présenter clairement et logiquement les arguments théoriques et empiriques que vous mobilisez à l’appui de votre démonstration

Une bonne rédaction doit obéir à des critères sur lesquels vous allez être évalué quasi systématiquement, dont particulièrement :

a)       La clarté d’expression et de style : faire attention à l’orthographe et aux effets de style inutiles ou maladroits (une phrase doit avoir un sens). Une copie doit se présenter sous la forme d’une série de « petits blocs » d’idées. Une telle démarche révèle en général un esprit clair. Il importe de vérifier que chaque phrase commencée est effectivement terminée. Il est recommandé de faire des phrases courtes en utilisant un vocabulaire simple et précis. Lorsque le sujet est accompagné d’annexes, l’utilisation et l’exploitation intelligente de ces derniers sont primordiales, mais il ne faut en aucun cas en reprendre des phrases entières dans le devoir. Aussi, pour justifier le passage d’une partie à une autre, ne pas oublier une ou deux phrases de transition, pour éviter de donner au devoir l’aspect d’un

« catalogue » de connaissance sans enchaînements. Concernant la présentation du travail de dissertation, il n’y a pas un modèle idéale en la matière, même si la présentation standard sous forme de deux parties et deux sections par parties est sans doute la plus commode et la plus académique.

b)       L’étape de dépouillement des informations et idées : toutes les idées que l’étudiant aura sur le sujet doivent être notées « en vrac » sur une feuille (travail au brouillon). Ces idées désordonnées constituent la matière


première nécessaire à la rédaction du devoir. Elles doivent être les plus fournies et les plus nombreuses possibles pour enrichir le développement et faciliter la recherche du plan. Il peut être utile de mettre sur la feuille toutes les idées proches du sujet qui vous passent par la tête. Il convient ensuite de les relier, de dégager des idées maîtresses, de chercher des oppositions et d’éclairer le sujet à l’aide des éléments ainsi rassemblés. A partir de cette réflexion, une idée centrale doit alors jaillir et se faire jour et constituer votre thèse que vous deviez défendre avec force, en l’étayant par des arguments et des considérations théoriques et empiriques (couplage théorie/faits). La principale difficulté à cette étape est le risque de « hors sujet ».

c)       Le degré de maîtrise des concepts et des mécanismes : il est fondamental de tenter d’avoir une démarche analytique et rigoureuse en utilisant les concepts fondamentaux liés au sujet en question. La capacité de l’étudiant à organiser sa pensée dans une logique d’argumentation est essentielle. Les idées doivent être établies et démontrées selon un raisonnement solide.

d)       La capacité de pouvoir inscrire une affirmation dans un cadre théorique : dans le cadre de son analyse et de son effort de démonstration, l’étudiant doit justifier ses hypothèses et ses affirmations théoriques après mise à épreuve avec l’observation des faits (considérations empiriques), en adoptant une démarche d’analyse hypothético-déductive, ou bien en privilégiant une analyse de type inductif, l’étudiant, à partir de considérations empiriques, peut dégager des éléments théoriques permettant une généralisation et donc des affirmations à caractère théorique.

 

III/ La conclusion : dans cette partie du devoir, l’étudiant peut se réserver une grande liberté de s’exprimer et de faire réveiller le « philosophe » qui sommeille en lui. Dans cette partie, l’étudiant doit être plus créatif pour soulever des idées « novatrices » qui n’ont pas été développées dans le corps du devoir. Ainsi, la conclusion doit comporter des idées d’ouverture à travers lesquelles l’étudiant peut exprimer ses attitudes à l’égard de la question posée et étudiée.

Illustration

Exemple de Sujet : La stratégie touristique entre les impératifs de viabilité et les exigences de durabilité des ressources touristiques

L’analyse du sujet

Le sujet demande une analyse des enjeux du développement touristique pour les pays qui inscrivent le tourisme parmi les secteurs prioritaires dans leurs choix économiques et sociaux, du fait des potentialités et ressources touristiques dont recèlent ces pays et qu’ils veulent valoriser pour mieux en tirer profit sur le plan financier, économique et


social ; sachant que les ressources touristiques peuvent subir une dégradation/dévalorisation/perversion par les effets de la pression touristique, remettant en cause les fondements et les sources de l’activité touristique qui est basée sur la durabilité des ressources touristiques.

La problématique

La stratégie touristique doit concilier entre les impératifs de la viabilité des ressources et les exigences de leur durabilité. La stratégie touristique ne peut s’en remettre aux seules lois du marché et qu’elle doit s’inscrire dans une stratégie de développement viable et durable en évitant que les externalités négatives ne finissent par l’emporter sur les effets positifs. (La problématique doit être posée à la fin de l’introduction, pour citer ensuite le plan qui sera traité sous forme de parties dans le développement) Introduction

Le tourisme est un secteur qui se justifie par la dotation d’un pays en ressources touristiques permettant la pratique de différents segments et formes du tourisme (balnéaire, rural, sportif, écologique, d’affaires, culturel, etc.) dans le cadre de ce qu’on appelle les activités touristiques. En effet, le tourisme, qui fait partie du secteur des services, offre des produits composites ou hétéroclites et exerce des effets d’entraînement sur plusieurs activités satellites (restauration, hôtellerie, transport, artisanat, etc.).

Plusieurs pays étaient hostiles à l’intégration du tourisme dans leurs stratégies de développement, le considérant comme le dernier cheval de Troie du capitalisme, favorisant la soumission des pays en développement aux intérêts occidentaux. Cependant, certains facteurs – ayant caractérisé l’économie mondiale durant les années 80, comme la fin de la guerre froide avec la chute du mur de Berlin, la crise d’endettement des pays du Tiers-Monde et la mise en œuvre des programmes d’ajustement structurel, la prééminence de l’économie du marché, etc. – font que les comportements et les choix des Etats sont de plus en plus dictés par des soucis de compétitivité et de viabilité financière, et de moins en moins par des considérations politique et idéologiques ou par d’autres types de dogmatismes.

Longtemps considéré comme un secteur improductif et ignoré par l’analyse économique, plus attachée aux secteurs de l’économie industrielle et rurale, le secteur touristique est de plus en plus reconnu comme un secteur d’activité générant des effets positifs sur l’économie et les territoires d’accueil d’un pays. En effet, si le tourisme peut se révéler comme une chance pour l’économie, il peut présenter des risques et des dégâts pour l’environnement et les valeurs socioculturelles.

En effet, une pression touristique, au-delà de la capacité de charge (seuil de fréquentation) d’une destination, peut être à l’origine d’une dégradation des ressources touristiques ou/et de l’apparition des effets d’éviction par rapport à d’autres activités économiques plus productives. Les comportements et les motivations des touristes, dans leurs contacts et proximités avec les populations locales, peuvent affecter les traditions et modes de vie, à travers la perversion des mœurs et la prolifération de certaines habitudes (culture du pourboire, prostitution, imitation, servilité, etc.).

Certes, il paraît légitime pour un pays, doté d’indéniables potentialités et ressources touristiques, de promouvoir le tourisme parmi les priorités dans sa stratégie de développement économique et social, mais l’intérêt porté à ce secteur d’activité doit


textes, d’ouvrages, présentation d’un auteur ou d’une expérience dans une entreprise, enquête simple, compte-rendu de visite, rapport de stage, esquisse de réflexion sur un sujet, etc.), cette pratique va être davantage


s’inscrire dans une logique de développement durable en vue de prendre en compte l’ensemble des enjeux à fin de pouvoir maîtriser les effets générés par le développement touristique.

Le plan détaillé

I.                    Le tourisme comme facteur de développement économique et social

a)       Impact du tourisme sur la balance des paiements (la balance voyage et compte des transactions courantes)

b)       Effets d’entraînement du développement touristique sur les activités satellites

c)       Externalités positives du développement touristique sur les territoires et sociétés d’accueil

II.                  Le tourisme face à la durabilité et la préservation des ressources

a)       Une définition du développement durable et son importance dans une stratégie de développement

b)       Les préoccupations de préservation des ressources à travers les stratégies de tourisme durable, tourisme responsable, tourisme équitable, tourisme solidaire, écotourisme, etc.

c)       Les indicateurs du tourisme durable en relation avec la pression touristique (optimum touristique, capacité de charge d’une destination, seuil de fréquentation touristique…)

 

Conclusion

Vu ses multiples enjeux et les divers intérêts que le tourisme fait intervenir sur le plan national (équilibres macroéconomiques), local (développement socioterritorial) et international avec la prise en compte des biens publics mondiaux (sécurité, santé, environnement, etc.) et l’encouragement de relations Nord-Sud plus équitables, répondant aux aspirations de développement des économies émergeantes et sous-développées (meilleur partage des gains au niveau de la chaîne touristique), une stratégie touristique efficace nécessite la mise en place d’un mode de gouvernance plus approprié, en vue de concilier les impératifs de rentabilité (objectifs de court et moyen termes) et les exigences de la durabilité (souci du long terme), de cette activité désormais reconnue par les Nations Unies comme une activité économique à part entière.


étendue en dernière année de licence l’on vous demandera de mener des recherches dans le cadre du rapport de fin d’études.

 

Ce mouvement de recherche initié dès le cursus menant à la licence (bac + 3), trouvera son aboutissement en master où vos deux années se verront consacrées à la réflexion sur un sujet que vous aurez choisi à priori. Après l’obtention du master, vous pouvez procéder à la préparation d’une thèse de doctorat.

 

Les travaux de recherche des premières années de la licence constituent des initiations à l’apprentissage méthodologique et aussi des esquisses de confrontation avec le domaine de la recherche. Les mémoires de licence et du master ainsi que la thèse du doctorat ne constituent que la suite logique de cet apprentissage de méthodologie et de recherche.

 

En effet, tout travail de recherche sera évalué au niveau de son

« fond », c’est-à-dire son cadre méthodologique général, et de sa

« forme », pour ce qui du respect des modalités et normes en vigueur en matière de présentation.

 

Section 1: Le cadre méthodologique général d’un travail de recherche

 

Toute méthode de recherche se définit par des procédures et des techniques dont la finalité est d’obtenir des réponses aux questions posées. Dans un tel cadre, il est conseillé de combiner plusieurs outils d’analyse et de concepts explicatifs pour mieux comprendre et appréhender les processus sociaux que l’on se propose d’étudier.

 

Par conséquent, le choix du cadrage conceptuel et théorique fait partie intégrante d’une stratégie de recherche qui doit s’ajuster à l’interrogation principale (la question posée) et aux hypothèses formulées initialement. Toutefois, la première étape d’un projet de recherche porte sur le souci du choix du thème de la recherche dont il faut ensuite extraire un sujet, délimité avec clarté et précision.


§1. Le choix du sujet

 

Le choix du sujet se fait toujours en accord avec l’enseignant qui va diriger le travail de recherche. Si, c’est généralement l’étudiant qui prend les devants et qui propose des sujets à un possible directeur de recherche qui sont susceptibles de l’intéresser, cette pratique n’est pas exclusive. Il est aussi fréquent que des directeurs de recherche proposent des listes de thèmes ou imposent des sujets.

 

En effet, c’est souvent un arbitrage qui s’opère entre les deux parties et qui conduira à la définition du sujet, sachant que celui-ci pourra être réajusté en fonction des recherches de l’étudiant. Dans l’hypothèse aucune proposition n’a été faite par l’enseignant, l’étudiant sera conduit à formuler son sujet suivant sa passion, ses aspirations intellectuelles propres, et conformément à ses souhaits ou à ses objectifs, ou encore à ses projets professionnels.

 

Le choix et les réajustements du sujet se réalisent selon différentes étapes :

-          Solliciter l’enseignant pour évaluer sa disponibilité et sa disposition pour le suivi et l’encadrement d’un travail de recherche ;

-          après le choix du sujet, il appartient à l’étudiant d’apporter à son encadrant un plan préliminaire accompagné d’une liste bibliographique ;

-          après des recherches, discuter avec l’enseignant pour affiner la problématique et recadrer le plan ;

 

Le choix porte d’abord sur le thème de la recherche dont il faut ensuite extraire un sujet, qui soit délimité avec précision. Pour ce faire, on recourt généralement à la bonne vieille méthode dite de

« l’entonnoir », laquelle consiste, à travers des recherches approfondies, à partir des idées générales (généralités) pour converger vers l’idée maîtresse qui devra aboutir à la définition pertinente du sujet de recherche et constituer l’interrogation principale (problématique).


L’objectif de tout projet de recherche est de s’en tenir à ce questionnement de départ circonscrit par une orientation soigneusement définie, afin de garantir l’équilibre des dimensions théoriques et empiriques du sujet.

§2. Problématique et formes d’analyse

 

La démarche de recherche en sciences sociales repose souvent sur la problématique qui se présente d’emblée comme une tradition théorique à laquelle on ne peut faire fi, car ignorer cette étape signifierait naviguer à l’aveuglette parce que le travail de recherche ne se fait pas en vase clos, il tient compte des travaux externes, internes, précédents et en cours, afférents à une discipline d’où une revue pertinente de la littérature qui constitue pour certains chercheurs l’étape la plus importante voire cruciale du processus de recherche.

 

Avant de voir la méthode pour réaliser une revue de la littérature, il faut comprendre la philosophie globale qui guide le travail de recherche en sciences sociales. Comprenons donc qu’est ce qu’une problématique ?

 

On peut la caractériser selon les auteurs d’une façon très générale en la définissant comme la recherche de « ce qui pose problème » et non une recherche de tout ce qui pose problème. Pour cela, on doit se limiter à un sujet déterminé et se situer éventuellement à l’intérieur des cadres d’une discipline donnée. Le sens du mot « problème » est très important ici vu que celui-ci est intrinsèquement lié au concept de la problématique. Le problème est défini comme « toute difficulté théorique ou pratique dont la solution reste incertaine ». Cette définition révèle deux difficultés pratiques :

 

-          « ce qui pose problème » n’est pas donné d’emblée, c’est au chercheur de l’identifier en faisant une étude critique de la littérature existante.


-          La recherche de « ce qui pose problème » doit se faire à l’intérieur d’un champ cognitif donné.3

La problématique se définit comme l’ensemble construit autour de la question principale, en termes de concepts d’analyse et des hypothèses qui permettent de traiter le sujet. L’élaboration de la problématique passe par le choix de la question principale qu’il faut traiter à travers l’étude d’hypothèses, de questionnements fondées sur des outils et repères théoriques et donc de concepts adaptés à l’objet de recherche.

 

Trouver une problématique consiste à sélectionner les principaux outils théoriques de la recherche dans le but d’élucidation de la réalité du sujet. Il s’agit de construire un cadre conceptuel bien adapté à l’objet de la recherche. Ensuite, il faut construire, énoncer une ou plusieurs hypothèses (en nombre limité de façon à éviter de donner l’impression que votre travail de recherche sera descriptif) qui se définissent comme des propositions de réponses anticipées à la question de départ.

 

Ainsi, la problématique se conçoit comme un questionnement (interrogation principale) portant sur l’objet d’étude. Autrement dit, il s’agit de formuler l’idée de ce qui pose problème à étudier, tout en explicitant les hypothèses et leur articulation. Au cours de l’analyse, ces hypothèses seront confrontées à la phase de validation, c’est-à-dire à leur vérification et à leur confirmation. Cette démarche d’analyse se situe dans un cadre hypothético-déductif.

 

Après la structuration de la problématique, il faut annoncer la méthodologie adoptée en matière du modèle d’analyse (éléments théoriques) et des procédures et techniques de collecte des données (éléments empiriques). Les outils théoriques d’analyse peuvent être adaptés en fonction des nécessités de la recherche au niveau des différentes parties.

 

Le modèle d’analyse est un modèle théorique se composant en un système de concepts organisé en théorie et d’hypothèses liées entre


3 OLIVIER Lawrence, BEDARD Guy. L’élaboration d’une problématique de recherche : sources, outils et méthode. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 24


elles, formant un ensemble cohérent. L’idée maîtresse à élucider et la méthodologie conçue doivent figurer de façon bien articulée à la fin de l’introduction générale du travail.

 

Réaliser une recherche implique de retenir un sujet et de choisir une méthode pour en traiter. Cette méthode doit être reconnue comme applicable dans la discipline économique. En effet, le travail ne pourra être reconnu que s’il est jugé « scientifique », étant donné le sens de cette étiquette dans la discipline considérée. Quels que soient la discipline et le sens particulier envisagé, cette scientificité est toujours déclinée en termes de méthode.

 

Ce choix de méthode est une façon de procéder, une démarche se traduisant par un plan ordonnant les différentes parties et un statut de chaque partie ou chapitre, etc. Il est essentiellement lié à la problématique retenue pour le traitement du sujet. Par problématique de la thèse, on entend non seulement la formulation du sujet sous la forme de l’énoncé de la question à laquelle la recherche va proposer une réponse, mais encore la « porte d’entrée » que l’on retient pour aborder cette question.

 

Cette problématique est toujours particulière au sujet traité. Mais elle ne tombe pas du ciel. Elle relève de l’une de celles qui ont cours dans la discipline. Autrement dit, elle se rattache à une problématique générale. Comme on vient de l’indiquer, chaque problématique générale comprend une composante méthodologique se limitant à quelques principes structurants pour fixer la méthode à mettre en œuvre dans tout sujet particulier traité en retenant cette problématique.

§3. Le positionnement du travail de recherche

 

Le but de tout travail de recherche et quelle que soit son ampleur (rapport de fin d’étude de licence, mémoire de master ou une thèse de doctorat) a pour vocation principale de développer des « concepts explicatifs » qui facilitent la compréhension des processus sociaux que l’on se propose d’analyser. Pour ce faire, l’étudiant- chercheur doit adopter une méthode pertinente, dans le cadre de sa stratégie de recherche, pour mieux traiter la question posée, celle qui pose problème et qu’il doit bien cerner.


« Positionner tout travail de recherche consiste à l’inscrire dans le processus d’accumulation des connaissances en se référant à des travaux antérieurs et à en préciser le statut, en se référant à une grille de classement. Celle-ci est construite en conjuguant deux distinctions, celle entre niveau empirique et niveau théorique d’une part, celle entre préoccupation positive et préoccupation normative d’autre part.4

 

A.     L’inscription du travail : les références

 

 

La recherche entreprise doit s’inscrire dans le processus historique d’accumulation des connaissances. Il s’agit de ne pas refaire quelque chose qui a été déjà fait et d’ajouter sa pierre à l’édifice. Cela implique

(i)   de se donner les moyens adéquats pour connaître les travaux déjà réalisés sur le sujet choisi et (ii) d’y faire référence dans son propre travail lorsqu’on reprend à son compte une idée qui a déjà été avancée.

 

1.      Le traitement des références5

 


4 Nous nous référons, pour ce paragraphe sur le positionnement du travail de recherche, au cours, du Professeur Bernard BILLAUDOT, dispensé, parmi les enseignements transversaux, aux étudiants-chercheurs de l’école doctorale « Sciences économiques » de l’Université des sciences sociales de Grenoble.

5 Il est à noter que la forme prise par ces citations évolue rapidement en se rapprochant de plus en plus des normes utilisées au sein des sciences « dures » ou des sciences humaines. Un auteur est alors cité dans le corps de texte par son nom, son prénom et la date de publication de son ouvrage cité. La référence bibliographique complète est reportée en bibliographie. En matière des sciences sociales, l’utilisation des notes en bas de page (foot notes) ou en fin d’ouvrages est très fréquente. Elles représentent des informations supplémentaires introduites « autour » d’un texte sans intégration complète dans ce dernier. Il peut s’agir d’une citation, d’une référence bibliographique, d’un exemple, d’une réflexion annexe ou d’un renvoi à des textes ou travaux inspirant un chapitre ou une partie de l’ouvrage. En se référant au Professeur Michel VEGEZZI (2004), trois écoles ou ensembles de pratiques s’opposent à ce niveau :

-          Une « école de la digression » (d’origine française ou italienne) utilisant les notes de bas de pages, avec un avantage, celui de ne pas perdre le fil de la lecture du texte lors de la consultation de ces notes, et un risque, celui de la multiplication de ces renvois.

-          Une « école de la synthèse » (d’origine anglo-saxonne) pour laquelle les notes sont renvoyées en fin de chapitre ou en fin d’ouvrage, avec un


Le traitement des références est normalisé. On se réfère à chaque fois à un document (article paru dans une revue, livre, chapitre d’un ouvrage collectif, rapport, thèse) réalisé par un ou plusieurs auteurs. On en fait état dans le texte sous une forme simple qui renvoie à une liste figurant à la fin du document réalisé, chacun des documents cités dans le texte y étant présenté de façon détaillée. Seuls ceux-ci doivent y figurer.

 

Dans le texte, la citation intervient lorsqu’on développe une idée que l’on a trouvée dans un document. Si on ne cite pas dans le texte le nom de l’auteur auquel on se réfère et a fortiori si on ne fait pas état d’un extrait du texte du document en question, on fait seulement figurer au moment voulu, en cours de phrase ou à la fin d’une phrase reprenant cette idée, le nom de l’auteur (ou les noms des auteurs) et l’année de parution du document. On peut faire état de deux références (ou plus) pour la même phrase si les apports des auteurs cités sont complémentaires. Cela évite d’avoir à écrire : « comme l’a dit un tel en son temps, .. ».

 

Lorsqu’on fait état dans le texte du nom de la personne, on le fait suivre de la date (année) de parution du document (avec a, b, etc., s’il y a plusieurs textes du même auteur qui sont cités et qui ont été publiés la même année). Lorsqu’on juge bon de reprendre un morceau de texte, on le fait figurer entre « (...) », avec indication immédiatement après de la page où on peut retrouver ce texte dans le document cité.

 

Dans la liste des références in fine, on fait figurer l’initiale du prénom de l’auteur, le titre du document, s’il y a lieu la revue ou l’ouvrage dans lequel se trouve le document cité, l’éditeur en faisant précéder celui-ci du nom de sa ville de résidence.

 

 


avantage, celui de limiter ces renvois, et un défaut, celui de rompre la continuité de la lecture par un aller-retour entre des pages différentes.

-          Une « école de la simplicité » (inspirée par les textes scientifiques) et limitant ces notes aux seules références ou indications bibliographiques.


2.        Le statut du travail

 

Pour déterminer le statut du travail que l’on entend réaliser sur un sujet donné, on se sert d’une grille de classement qui fait apparaître quatre positionnements simples. Les travaux à statut simple sont ceux qui s’inscrivent dans une seule case. Ceux qui se positionnent sur plusieurs sont complexes.

 

On construit d’abord cette grille. On présente ensuite les quatre formes simples, puis les travaux dont le statut est d’articuler deux

« cases », enfin ceux qui en articulent plus de deux. En principe, un sujet n’est totalement traité dans toutes ses dimensions que si les quatre cases et leurs articulations sont couvertes. En règle générale, on ne se fixe jamais comme objet d’un travail cet objectif global. On en réalise une partie seulement.

 

On doit donc distinguer le sujet du travail, son objet proprement dit (son statut) et la problématique que l’on retient pour en traiter. Par problématique, on entend à la fois l’énoncé de la question à laquelle on se propose de répondre et la « porte d’entrée » que l’on emprunte pour y répondre, ainsi que la démarche que l’on va suivre en ayant retenu cette

« porte d’entrée » (on y revient en détail dans la troisième partie du cours). La problématique est en rapport directe avec l’objet.

 

B.     Deux niveaux d’analyse : empirique et théorique

 

Une première opposition est d’abord prise en compte, celle entre deux niveaux d’analyse : le niveau empirique et le niveau théorique (voir figure).

 

 

Une grille d’analyse du statut du travail

 

Enjeu

 

Positif                         Normatif

 


 

 

 

 

Niveau


C

Empirique                        1                      2

A                                                      D


 

 

 

 

 

1.      Le niveau empirique

 

On se situe à un niveau empirique 1/ lorsque le point de départ du travail est constitué par des données d’observation (des informations brutes collectées, rassemblées ou déjà traitées) on parle aussi de données factuelles. Et 2/ lorsque son objet est seulement de déboucher sur des propositions d’observation. On dira : voici ce que l’on peut observer avec les données que l’on a utilisées. Ainsi on construit des

« faits ». On parle de « faits stylisés » lorsqu’on fait apparaître le dénominateur commun d’un certain nombre de faits particuliers. Exemple : depuis le tournant des années soixante dix, la croissance économique est très instable. Ce niveau est aussi qualifié de factuel.

 

2.      Le niveau théorique

 

Il y a débat sur ce qu’est ou doit être précisément une théorie (voir partie B). Il y a au moins accord sur la caractérisation de ce niveau d’analyse. On y développe un raisonnement, une argumentation qui ne fait pas appel aux faits. Ceux-ci peuvent servir à illustrer le propos (ex : vous voyez que ces faits sont en accord avec le raisonnement que je mène ou ses conclusions) ou à l’initier- on dit alors que le raisonnement est induit par l’observation.

 

Le raisonnement tenu doit être logique. La logique en question est le plus souvent la logique formelle dite analytique: on explique B comme effet de A, il y a une relation de cause à effet entre A et B. On quitte la relation simple de cause à effet lorsqu’on postule l’existence d’un système : A agit sur B et B agit (ou rétroagit) sur A.

 

C.     Deux préoccupations ou enjeux de l’analyse : positif et normatif


La seconde opposition prise en compte est transverse à la précédente. Elle est relative à la préoccupation du chercheur ou encore à l’enjeu de son travail. Ce dernier peut être positif ou normatif. On parle aussi de la nature du savoir établi : ce savoir peut positif ou normatif.

 

1.      Enjeu positif

 

L’enjeu du travail est positif si le savoir que l’on établit a trait à ce qui est. Le travail porte sur le réel ou se rapporte au réel. Il ne fait intervenir d’aucune façon un jugement moral ou éthique sur ce qui est.

 

2.      Enjeu normatif

 

L’enjeu du travail est normatif si le savoir que l’on établit a trait à ce qui doit être, à ce qu’il convient de faire ou aux raisons avancées par les acteurs sociaux pour justifier ce qu’ils font. Le travail se réfère à une norme, en applique une ou en définit une.

 

D.     Les quatre statuts simples (les cases 1, 2, 3, 4 de la grille)

 

La grille construite fait ressortir quatre statuts simples.

 

1.      Un travail empirique-positif (case 1)

 

Le savoir que l’on établit a trait à ce qui est et « ce qui est » concerne alors des faits d’observation.

 

2.      Un travail empirique-normatif (case 2)

 

C’est un travail dans lequel le savoir établi a trait à ce qui devrait être et pour lequel « ce qui devrait être » concerne des faits d’observation. On se préoccupe donc de dire quelles sont, à l’observation, les normes effectivement appliquées, quels sont les principes normatifs effectivement mis en œuvre par les acteurs de la vie économique. On en donne dans le travail un compte rendu observationnel.

 

3.      Un travail théorique-positif (case 3)


L’objet du travail est d’établir une théorie positive, c'est-à-dire un savoir qui se préoccupe d’expliquer (ou de comprendre, si on préfère) ce que l’on observe dans la réalité. On dit qu’il s’applique à la réalité. On

« explique » (au sens strict du terme) lorsqu’on construit a priori une théorie débouchant sur une proposition théorique dite observable, c'est- à-dire une proposition qui nous dit « voici ce que l’on doit observer comme faits ». On « comprend » (au sens où comprendre se distingue d’expliquer stricto sensu) lorsqu’on se préoccupe d’expliquer a posteriori pourquoi tels faits se sont manifestés. Dans un cas comme dans l’autre, le travail s’est limité à l’élaboration de cette théorie positive. Il ne porte pas sur les faits, même lorsque ceux-ci sont au point de départ de la démarche (cas d’une compréhension post factum).

 

4.      Un travail théorique-normatif (case 4)

 

L’objet du travail est d’établir une théorie normative, c'est-à-dire un savoir qui se préoccupe de dire ce qui doit être, de dire la bonne façon de se comporter pour un acteur économique ou la bonne façon d’organiser la vie économique en tel ou tel domaine. On ne se préoccupe pas de savoir si cette théorie a quelque capacité à s’appliquer au réel, au sens défini ci-dessus (de l’expliquer ou de le comprendre).

 

E.      Les travaux qui articulent deux « cases » (voir A, B, C, D sur la figure présentant la grille)

 

On passe à un travail de statut plus complexe lorsque celui-ci se positionne sur deux cases. Son objet est alors de réaliser une articulation entre les deux. Il y a quatre articulations possibles.

 

 

 

1.      En positif, l’articulation empirique-théorique (mise en rapport A)

 

Articuler est plus que juxtaposer. Le travail ne se limite pas à établir distinctement (si ce n’est indépendamment l’une de l’autre) une composante empirique et une composante théorique, en ayant seulement


comme préoccupation d’établir un savoir positif. On rapporte l’une à l’autre ces deux composantes. On peut commencer par l’établissement de la composante empirique –la construction de propositions d’observation – et établir ensuite la théorie qui va expliquer a priori ou comprendre a posteriori ces faits. Lorsqu’on juge possible la mise en œuvre d’une méthodologie de l’explication a priori (voir partie B du cours), on peut aussi commencer par la théorie et tester ensuite la pertinence de cette théorie en établissant les propositions d’observation relatives aux faits que la théorie prédit.

 

2.      Au niveau théorique, l’articulation positif-normatif (mise en rapport B)

 

Ce type d’articulation au niveau théorique se fait le plus souvent dans le sens suivant. On commence par élaborer une théorie positive. On tire ensuite les implications normatives de cette théorie positive. Exemple : si la théorie explicative des faits observés nous dit que l’ouverture accroît le niveau de bien être de la population en comparaison d’une solution de fermeture ou de fortes restrictions aux échanges avec l’extérieur pour une économie nationale, l’implication normative est celle du choix en faveur du libre échange. Autrement dit, la théorie positive se mue en une théorie normative libre-échangiste. Formellement rien ne distingue l’une de l’autre.

 

Tous les économistes ne sont pas d’accord pour retenir que l’on peut déduire d’une théorie positive des normes concernant la « bonne » pratique ou la « bonne »organisation. Plus précisément, si tous sont d’accord pour dire que cela n’a de sens que si la théorie positive dont on part est pertinente, certains considèrent que la déduction en question ne peut jamais être unilatérale. La formule célèbre en la matière est celle de Hume : « on ne peut déduire ce qui doit être de ce qui est », expression qualifiée de guillotine de Hume.

 

3.      Au niveau empirique, l’articulation positif-normatif (mise en rapport C)

 

Il s’agit dans ce cas de mettre en rapport des constats d’observation effectués d’un côté au plan positif (case 1) de l’autre au plan normatif (case 2). L’ordre importe peu. Exemples de questionnements qui


nécessitent de mettre en œuvre ce type d’articulation : est-ce que les pays qui ont choisi l’ouverture extérieure ont un niveau de développement économique plus élevé ou une croissance plus rapide ? Est-ce que les pays à régime politique « démocratique » réussissent mieux que les pays à régime « dictatorial » ? Est-ce que les firmes multinationales qui se globalisent sont plus rentables que celles qui ont conservé l’ancienne stratégie consistant à produire localement pour le marché domestique correspondant ?

 

4.      Au plan normatif, l’articulation empirique-théorique (mise en rapport D)

 

On met alors en rapport les résultats d’une observation des normes effectivement mise en œuvre (case 2) avec une théorie normative (case 4) qui dit quelles sont les normes qui devraient l’être. Lorsque la concordance est mauvaise, on se trouve dans une situation intellectuellement inconfortable : faut-il considérer que les acteurs ne font pas ce qui serait bon pour eux ou bien faut-il retenir que la théorie n’est pas assez développée pour prendre en compte tout ce qui motive les acteurs dans leur choix, ce qui revient à considérer qu’ils sont plus perspicaces que le théoricien qui prétend les conseiller ? On met ainsi en évidence un nouvel objet de débat.

 

 

F.      Les travaux encore plus complexes : ils articulent les quatre cases

 

Les travaux en question sont ceux que l’on qualifie de travaux de synthèse. Ils font le tour complet de la question. Il est expressément recommandé à tout doctorant de ne pas s’aventurer à réaliser une thèse de ce statut.

On doit voir l’accumulation du savoir collectif comme le résultat de la conjugaison de travaux ayant les divers statuts semi-complexes que l’on vient d’étudier.

Ce qu’il faut retenir de tout cela :

 

·           Chaque positionnement simple a sa propre logique et son propre vocabulaire.


·           La définition d’une théorie n’est pas consensuelle, même si tous les économistes s’accordent pour reconnaître le bien fondé de la distinction empirique/théorique.

·           L’articulation positif-normatif au plan théorique est problématique, de même que l’articulation entre observation empirique et théorie au plan normatif.

·           On doit toujours se poser la question du statut du travail dont il est fait état dans un article ou à telle ou telle étape d’un ouvrage qu’on lit.

·           La réflexion sur le statut du travail que l’on se propose d’entreprendre est une étape incontournable. »

 

Section 2 : Présentation de la forme d’un travail de recherche

 

L’usage d’un modèle de document est laissé, certes, à l’appréciation des professeurs, directeurs de recherche, et de chaque université en relation avec ses Départements. En effet, si l’établissement choisit de recommander son utilisation, la feuille de style proposée doit, néanmoins, contenir les éléments principaux afin d’assurer une certaine cohérence au niveau de la présentation.

 

En matière de rédaction d’un travail de recherche (rapport, mémoire, thèse…), ses différentes rubriques doivent impérativement être en conformité avec les normes scientifiques en vigueur dans tous les établissements universitaires et de recherche scientifique. Les différentes rubriques d’un travail de recherche doivent respecter les usages reconnus en matière de présentation et de structuration, en vue de faciliter la lecture et la diffusion de la recherche.

§1. Règles de présentation générale

 

Afin d’assurer une bonne impression d’un travail de recherche, il est recommandé de :

 

-          justifier le texte

-          choisir un caractère de bonne lisibilité d’une taille suffisante : 12 points en moyenne

-          taper le texte avec un interligne simple ; il peut être agrandi


-          laisser une marge de 2,5 cm à gauche et à droite, 1,5 cm minimum en haut, 2 cm minimum en bas.

-          Page de garde (intitulée aussi page de titre)

-

Elle doit mentionner :

 

-          le nom de l’établissement (éventuellement accompagné de celui d’une composante : institut, école, faculté, UFR, école doctorale (au Maroc c’est le centre d’études doctorales(CED)) qui délivre le diplôme préparé (licence, master, doctorat) :

Exemples :

UNIVERSITE HASSAN II-MOHAMMEDIA

Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales – Mohammedia

ou encore,

UNIVERSITE HASSAN II-MOHAMMEDIA/CASABLANCA

Ecole nationale du commerce et de gestion CASABLANCA

-          le type de diplôme préparé

-          la discipline dans laquelle est soutenu6 le travail de recherche

 

 


6En vue de la soutenance de son rapport de recherche, et selon que ce rapport constitue un mémoire ou une thèse, l’étudiant-chercheur doit se préparer, au préalable, pour réussir ce travail qui consiste à présenter oralement ses travaux de recherche devant un jury composé généralement de Professeurs, mais auquel peuvent aussi faire partie, en tant que membres, des professionnels choisis selon la discipline. Ainsi, par exemple, pour des mémoires ou des thèses en droit privé, et selon la nature du sujet étudié, des juristes (notaires, magistrats, avocats, …) peuvent faire partie du jury. D’abord, l’étudiant-chercheur doit être bien informé de la manière de préparation du contenu de son exposé qui sera présenté oralement dans l’objectif de défendre son travail sur le plan méthodologique et au niveau de ses résultats. En respectant la durée du temps alloué par le Président du jury, l’exposé de la soutenance doit s’articuler autour des points suivants :

-          Présentation de l’intitulé du sujet et justification de l’intérêt du choix d’un tel sujet ;

-          Explication de la démarche de construction de l’objet de la recherche et de la problématique ;


-          le nom de l’auteur. C’est le nom sous lequel sera signalé le travail de recherche (mémoire, thèse). Ce nom ne doit pas varier en matière de signalisation et de diffusion car il constitue une clé d’accès pour la consultation. Il sera saisi en majuscules. Pour les femmes mariées, la règle veut que soit utilisé d’abord le nom patronymique, suivi éventuellement du nom de femme mariée. Les mentions « épouses » ou « née » ne doivent pas être utilisées. Pour qu’il n’y ait pas de confusion possible entre les noms et prénoms de l’auteur, en particulier dans le cas des noms étrangers, le prénom sera saisi en lettres minuscules

-          le titre du travail de recherche. Un travail de recherche est d’autant mieux diffusé qu’il est aisément repérable. Il est donc important que le titre apporte une information pertinente.

-          le nom du directeur de la recherche (mémoire, thèse). Inscrire son nom en majuscules et son prénom en minuscules. S’il y a deux directeurs (travail en co-direction), retenir le directeur principal. Lorsqu’il s’agit d’une thèse de doctorat préparée et soutenue dans le cadre d’une procédure de co-tutelle entre


-          Exposé de la méthodologie adopté en matière de cadre théorique et conceptuel et au niveau des techniques privilégiées pour la collecte des données

-          Présentation des principaux résultats et apports du rapport de recherche.

Le candidat au décernement d’un grade (Licence, Master, Doctorat) doit faire un exposé précis, orienté vers l’essentiel en évitant de mettre l’accent sur des détails descriptifs et mettre en avant des aspects analytiques et plus synthétiques. A l’issue de la présentation des travaux par le candidat, les membres du jury vont prendre successivement la parole pour faire savoir leurs appréciations quant au travail effectué et adresser surtout des remarques, questions et suggestions au candidat qui doit, pendant ce moment, avoir une écoute attentive. Après les interventions des membres du jury, le candidat prendra à nouveau la parole pour répondre aux objections et remarques formulées et pour tenter, donc, de défendre, avec modestie, son travail effectué et pour reconnaître et regretter aussi les limites de son travail notamment les aspects théoriques et/ou empiriques qui n’ont pas retenu de sa part assez d’attention et d’analyse. A ce titre, il peut faire savoir aux membres du jury qu’il a pris bien acte de leurs remarques et suggestions et qu’il ne manquera pas de travailler encore sur les options de valorisation de son travail de recherche en vue de sa diffusion en tant que production scientifique.


établissements marocains et étrangers (souvent avec des universités françaises), utiliser « / » pour séparer les noms des deux directeurs de thèse.

-          la date de soutenance

-          les noms des membres du jury Pages liminaires

Celles-ci peuvent comporter une dédicace, un épigraphe, des remerciements

 

Sommaire

 

Le sommaire est la liste des principaux titres (parties, chapitres, sections) accompagnés de leurs numéros de page. Elle est placée en début du document, après la page de titre et les pages liminaires (dédicace…). Le sommaire ne doit pas comporter, comme la table des matières, le détail en matière de divisions et de subdivisions. Il est recommandé de contenir le sommaire en une seule page.

Table des matières

 

La table des matières est la dernière rubrique du document. Elle doit figurer tout à fait à la fin du document et comporter l’ensemble des titres et sous-titres du travail de recherche avec indication des numéros des pages ils apparaissent. La table des matières doit être structurée suivant un ordre respectant une certaine hiérarchie : une partie, un chapitre, une section, une sous-section, un paragraphe…

 

Annexes

 

Des documents utilisés pour la rédaction peuvent être proposés en annexe, tels une édition de texte, un protocole d’enquête, des rapports officiels, des codes, textes de loi, des tableaux, graphiques… La liste des documents placée en annexe doit être donnée à la fin de la table des matières.

 

Index


Un index général ou des index thématiques peuvent être élaborés. L’index est un outil pratique permettant de faciliter la consultation et l’accès au contenu du document. L’index général contient la liste alphabétique de tous les noms propres cités dans la rédaction avec indication des numéros des pages ils apparaissent : noms d’auteurs, de lieux, etc. L’index thématique contient la liste alphabétique des notions et concepts abordés dans le travail de recherche, avec indication des numéros de pages où ils sont traités.

 

Numérotation des pages

 

La pagination doit commencer dès la page de titre, être continue et englober annexes, illustrations, tableaux, bibliographie…

 

Autres éléments de signalement

 

Afin de faciliter un bon signalement des travaux de recherche, Il est recommandé de faire figurer sur le dos des documents (deuxième ou/et quatrième couverture) des résumés, en deux langues au moins, accompagnés de mots clés.

 

Présentation de la bibliographie

 

Le candidat préparant un travail de recherche présentera les différentes sources auxquelles il a eu recours d’une manière claire, cohérente, ordonnée, conforme aux normes en vigueur et aux usages de la discipline. La description de la bibliographie doit permettre au lecteur de retrouver le document signalé.

 

On peut classer les références par ordre alphabétique des noms d’auteur, ou de titre lorsque la publication est anonyme ; on peut également les classer par ordre d’apparition dans le texte. Il est vivement conseillé de les numéroter, avec renvoi depuis le texte vers la bibliographie.

§2. Rédaction des références bibliographiques


Les indications données ci-après pour la rédaction des références ont pour but de rappeler les éléments importants d’une citation et proposent un ordre cohérent. Elles ne constituent pas une norme. De plus en plus fréquemment, les documents utilisés pour la rédaction d’un travail de recherche peuvent se trouver sur des supports différents : papier mais aussi électronique (cédérom, base de données, en ligne sur internet). Il convient de distinguer ces deux cas pour la présentation des références.

 

Présentation des références pour des documents sur support papier

 

Voici quelques exemples types données à titre indicatif : Articles de périodiques (revues…)

Ordre des éléments de la citation : NOM7, Prénom8

Titre de l’article

Titre de la revue9, Année, tome, du fascicule (facultatif mais recommandé), pages.10

 

Exemples :

ALEXANDRE, Olivier. L’eau au Maroc : un élément clé de territorialisation dans le Haouz et le Haut Atlas, Revue d’Economie Méridionale, février-mars 2001, Vol. 49, n° 194-195, p.209-219

 

DECALUWE Bernard, PATRY André, SAVARD Luc. Quand l’eau n’est plus un don du ciel : un MEGC appliqué au Maroc. Revue d’Economie du Développement, n°3, vol.6, 1998, pp. 149-187

 

PICAZO, Jean-Michel. Un espace de qualité, garant de l’avenir du tourisme. Méditerranée, 1998, n°2, 3, tome 89, pp. 75-80

 


7 Lorsqu’il y a plus de 3 noms, on peut se contenter d’indiquer les 3 premiers. Lorsqu’un ou plusieurs noms sont omis, on ajoute après le dernier et al.

8 Le prénom en entier ou l’initiale du prénom, si cela n’entraîne pas la confusion quant à l’identité de la personne.

9 Les titres d’ouvrages et de périodiques sont cités en italiques

10 Première et dernière pages de l’article, précédées de p. (exemple : p. 123-156)


Ouvrages, chapitre d’un ouvrage collectif

 

Ordre des éléments de la citation :

NOM, Prénom

Titre de l’ouvrage, Nième Edition.

Ville d’édition : éditeur, année d’édition, nombre de volume, nombre de pages. 5Nom de la collection ; n° de la collection)

 

Exemples :

ASCHER, François. Tourisme, sociétés transnationales et identités culturelles. Paris : UNESCO, 1984, 106 p.

DELPECH, Raphaël. S’implanter au Maroc. Paris : Centre Français du Commerce Extérieur, 2002, 323 p.

GUERRAOUI Driss, RICHET Xavier. Les investissements directs étrangers. Facteurs d’attractivité et de localisation. Comparaison Maghreb, Europe, Amérique Latine, Asie. Pais : Harmattan, 1997, 301 p.

BENSAHEL Liliane, DONSIMONI Myriam (Sous la direction de). Le tourisme, facteur de développement local. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble (PUG), 2001, 109 p. (Collection

« Débats »)

 

Citation d’un chapitre d’un ouvrage collectif

 

BENACHENBOU, Abdellatif. Comment réinterpréter la théorie du développement en 1987 ? Théories économiques et fonctionnement de l’économie mondiale/ ed. par Gérard DE BERNIS. Paris : Unesco, 1988, p. 11-31

ZIMMERMANN Jean-Benoît. De la proximité dans les relations firmes-territoires : nomadisme et ancrage territorial. Dynamiques de proximité / ed. par Jean-Pierre GILLY et André TORRE. Paris : Harmattan, 2000, p. 225-250

 

Collectivité auteurs

ORDRE NATIONAL DES MEDECINS. Guide d’exercice professionnel à l’usage des médecins. 15e ed. Paris : Masson, 1988, 2 vol., 1515 p.

 

Congrès et colloques


Ordre des éléments de la citation :

INTITULE DU CONGRES (N° de la session ; Année de la session ; Lieu du congrès).

Titre du congrès

Ville d’édition : Editeur, Année d’édition, pages.

 

Exemples :

Congrès paraissant sous forme d’ouvrage :

ASSOCIATION   MONDIALE   DE    PSYCHIATRIE    ET    DE

PSYCHOLOGIE LEGALE. Congrès international (1 : 1988 : Paris). Paris : Expansion scientifique française, 1991, 432 p.

Congrès avec un nom particulier

CONGRES FRANCOPHONE DE NEUROGERIATRIE ET DE

GERONTOPSYCHIATRIE. (9 : 1990 : Paris). Actualités en neurogériatrie…/Actes réunis par J. BILLE. Marseille : Solal, 1991, 235 p.

 

Colloques, séminaires… sans nom particulier

 

Tourisme et environnement : les enjeux naturels, culturels et socio- économiques du tourisme durable : colloque international, Riga (Lettonie), 9-11 septembre 1999. Strasbourg : Conseil de l’Europe, 2000, 152 p.

 

Thèses

Ordre des éléments de la citation :

NOM, Prénom

Titre de la thèse. – Nombre de pages Thèse : Discipline : Ville : Année ; n° Exemple :

HILLALI, Mimoun. Le tourisme sur la côte méditerranéenne du Maroc. Potentiel et actions gouvernementales. Thèse cycle : Aménagement : Aix-Marseille 3, 1985, 344 p.

 

Présentation des références pour des documents électroniques

 

Plusieurs types de documents peuvent être utilisés : ouvrages, articles de périodiques, thèses, etc. Il est essentiel pour signaler des documents électroniques de respecter la ponctuation, surtout lorsque


ces documents ont une adresse électronique, afin de pouvoir toujours s’y référer.

Voici quelques exemples donnés à titre indicatif : Articles de périodiques

Ordre des éléments de la citation :

NOM, Prénom Titre de l’article

Titre du périodique [type de support]11

Année, tome, n° du fascicule [date de mise à jour de la référence]12 Pages

Disponibilité et accès : adresse électronique du document

 

Exemple

CARRIERE, Laurent. Hypertextes et hyperliens au regard du droit d’auteur : quelques éléments de réflexion. Les Cahiers de propriété intellectuelle [en ligne]. Septembre 1997 [réf. Du 19 octobre 1998],

p. 467-490. Disponible sur : http://www.robic.ca

 

Ouvrages, bases de données, thèses :

 

Ordre des éléments de la citation :

NOM, Prénom

Titre de l’ouvrage [type de support]

Lieu de publication, éditeur, date de publication [date de mise à jour].

Format de publication Disponibilité et accès

 

Exemple :

Bases de données :

 

 


11 Le type de support doit être mentionné entre crochets après le titre. Ex. [en ligne], [cédérom]…

12 Les documents mis en ligne sont parfois modifiés. Si la date de la dernière modification n’est pas visible, indiquer entre crochets la date à laquelle on a consulté le document.


IBISCUS, Systèmes d’information pour le développement [base de données en ligne]. Paris : Réseau IBISCUS, [1983-]. [réf. Du 3 mars 1999]. Format World Wide Web. Disponible sur: http://www. Ibiscus.fr

 

Corps de texte

 

Le document, fruit d’un travail de recherche, est divisé en ensemble hiérarchisés. Par exemple : parties subdivisées en chapitres, chapitres composés de sections, elles-mêmes composées de paragraphes. Généralement, et selon les usages de rédaction, un chapitre doit être structuré de la manière suivante : (chapitre : section 1, §1, A, a), b), B, a), b), ….§2…, section 2….)

 

Ainsi, si on prend comme référence un document en deux parties, ses rubriques doivent être présentées de cette façon :

-          Page de titre (ou de garde)

-          Pages liminaires (dédicace, remerciements.. .)

-          Sommaire

-          Introduction générale13

-          Première partie14


13 L’introduction est une partie cruciale de tout rapport de recherche. C’est la première étape par laquelle le lecteur accède au contenu du travail effectué sur le sujet choisi. Une bonne introduction doit être bien rédigée et construite progressivement en allant des généralités sur le sujet, objet de recherche, vers ce qui est plus précis en déployant cet effort ou l’art de convergence minutieuse à la question centrale que l’étudiant- chercheur posera et tentera de traiter. Une introduction doit :

-          Définir et délimiter le cadre de l’étude avec une attention particulière au niveau des définitions des notions et concepts dont on aura besoin dans le cours du texte ;

-          Canaliser ce qui a été écrit comme généralités en direction vers l’identification de ce qui pose problème ;

-          Problématiser et synthétiser le travail de recherche par des questionnements et l’énoncée des hypothèses retenus ;

-          Annoncer le plan et l’idée principale du devoir de recherche ;

-          Présenter la méthodologie du travail qui sera privilégiée, sur le plan du cadrage conceptuel et des techniques de collecte des données, en matière d’investigation et d’analyse.

14 Pour chaque partie du rapport de recherche, il faut faire un résumé devant souligner les idées essentielles des différentes sous-parties.


-          Les chapitres de la partie (chapitre 1, 2…)15

-          Deuxième partie

-          Les chapitres de la partie (chapitre 1, 2…)

-          Conclusion générale16

-          Index

-          Annexes

-          Bibliographie

-          Table des matières

 

En somme, les habitudes universitaires et scientifiques font que tout document relatif à un travail de recherche sera évalué au niveau de son « fond» et de sa « forme ».

 

Concernant la forme d’un travail de recherche, le document en question doit être bien soigné sur ce plan, respectant les étapes et l’enchaînement des différentes rubriques qui doivent figurer impérativement dans le document et être présentées selon les normes et usages en vigueur. Le corps du texte doit être bien structuré et cohérent de façon à éviter un déséquilibre de forme entre les différentes parties composant le travail de recherche. Ainsi, il sera tenu compte de la présentation générale, de la clarté du plan et de la qualité du style et orthographie…


15 Chaque chapitre doit s’introduire et s’ouvrir par ce qu’on qualifie, en matière de méthodologie, du « chapeau », dans lequel on mentionne sommairement, sous forme de paragraphes, les titres qui seront développés dans le cadre du chapitre en question.

16 La conclusion est la dernière partie du développement sur laquelle se clôt tout rapport de recherche (mémoire, thèse…). La conclusion a pour fonction de montrer l’intérêt de la recherche menée et de donner un aperçu synthétique de ses résultats. Dans le cadre de toute conclusion, le chercheur ne doit pas manquer de soulever les difficultés et les limites qui peuvent rendre sa tâche difficile, celle de présenter un travail plus achevé. Ainsi, une conclusion doit :

-          Reprendre l’idée centrale en la résumant ;

-          Rappeler les grands axes sur lesquels a été focalisée la recherche ;

-          Indiquer les principaux résultats de la recherche ;

-          Soulever les limites et les difficultés rencontrées ;

-          Souligner les réflexions possibles et les pistes d’ouverture dans le but d’élargir le travail et le rendre plus rigoureux.


Concernant le fond du document, l’étudiant-chercheur doit se faire constamment le souci de concilier entre les éléments empiriques et les éléments théoriques. Ainsi, il sera tenu compte de la pertinence de la démarche et de la méthode adoptée en matière d’élaboration et traitement de données produites à partir d’enquêtes, de bulletins statistiques, d’investigations auprès des milieux étudiés, etc. Un travail de recherche sans cadrage conceptuel aura une allure d’un rapport officiel comme ceux élaborés par des Ministères, des banques, des ONG, des organisations internationales ou par d’autres organismes nationaux et internationaux.

 

La principale précaution en matière de recherche est d’éviter d’être dans le descriptif. Un travail de recherche implique un effort de conceptualisation, une rigueur du raisonnement et en matière d’analyse de la réalité étudiée. Ce n’est pas le rôle d’un étudiant chercheur de faire des recommandations17 au terme de son travail. C’est une erreur fréquente constatée dans les travaux de recherche des étudiants. Le chercheur peut faire des propositions et élaborer des scénarios. Le travail de recherche doit constituer une réponse à la problématique posée en rapport avec l’objet de recherche et devant permettre à l’étudiant chercheur de faire ressortir des résultats et participer ainsi au processus cumulatif des connaissances.

 

 

 

 

 


17 C’est le rapport d’étude, et non pas un mémoire de recherche, qui peut déboucher sur des recommandations. Le rapport d’étude est un travail rédigé dont l’objet d’étude est fixé par un commanditaire. Il nécessite une enquête, un recueil de données et d’informations dont il expose une analyse et une synthèse. Un tel rapport établit un constat, sa visée est descriptive. Le mémoire professionnel est une formalisation des savoir-faire qui témoigne des compétences mises en œuvre dans l’action. Elle permet de donner un point de vue sur le sens de l’action, son utilité, la pertinence de la démarche adoptée et des techniques utilisées. L’action doit être restituée dans son cadre institutionnel, organisationnel et relationnel. Les référents théoriques qui fondent l’action et son analyse sont clairement mentionnés. Le mémoire de recherche (type Master recherche) vise à produire, par une démonstration vérifiable et/ou reproductible dans un contexte donné, un savoir reconnu, acceptable ou réfutable par ou dans une communauté scientifique.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONCLUSION GENERALE


La recherche dans le domaine des sciences sociales, comme nous venons de l’examiner, est une épreuve qui nécessite, certes, des connaissances approfondies à travers la constitution d’une revue de littérature bien sélectionnée et aussi, le cas échéant, des enquêtes et observations empiriques ; mais, pour se documenter, enquêter ou entreprendre autre acte entrant dans le cycle de la production de la connaissance, l’étudiant-chercheur doit se doter d’une méthodologie appropriée sans laquelle tout travail de recherche n’aura aucune valeur scientifique.

 

L’étudiant doit être bien armé en matière d’outils méthodologiques, non seulement pour accomplir ses travaux de recherche, mais également pour tous ses besoins et démarches d’organisation dans le cadre de son cursus universitaire (fiches de travail, sources de documentation, dissertation, rapports de recherche, modèles d’analyse, techniques de collecte des données, etc.).

 

Concernant le travail de recherche, il doit obéir aux normes scientifiques et universitaires en vigueur et participer, de par ses analyses et résultats, au processus cumulatif de la connaissance. L’objectif principal de la recherche sociale c’est d’essayer de

« vaincre » les problématiques étudiées pour une meilleure compréhension des phénomènes économiques et sociaux, et de faire avancer, ainsi, la production scientifique dans ce domaine d’étude.

 

Partout dans le monde, les études universitaires se sont complexifiées ces dernières années. Les transformations et mutations économiques, technologiques et sociales n’ont pas manqué d’affecter le monde universitaire qui se trouve de plus en plus contraint de réviser et d’adapter ses modalités d’enseignement et de transmission des connaissances.

 

Le slogan de la professionnalisation des diplômes est de plus en plus mis en avant pour justifier cette inflexion de la formation et de la recherche au diapason de l’évolution des exigences des marchés et du monde des affaires. Le but est de former ce qu’on appelle des

« manipulateurs de symboles ». En bref, la formation doit « coller » aux exigences des entreprises.


En effet, si cette tendance d’encourager les formations et les recherches permettant aux étudiants d’intégrer facilement le monde professionnel, notamment celui des entreprises, est en quelque sorte légitime, il n’en demeure pas moins que le rôle de l’université n’est pas seulement celui d’offrir une main-d’œuvre « corvéable » mais c’est surtout de former des esprits éclairés, capables d’analyser et de mieux cerner et commenter les réalités et les processus sociaux dans leur totalité, en allant au-delà du superficiel et des thèses officielles, pour apporter des analyses impartiales et des interprétations non fragmentées de la réalité étudiée (économique, sociale ou politique…).

 

L’université doit demeurer un « espace résistant devant les logiques marchandes », un lieu de rayonnement, en matière de formation et de recherche scientifique, offrant aux étudiants un environnement propice à la production scientifique, et des conditions fertiles favorables à leur épanouissement, pour qu’ils puissent développer toutes leurs compétences et énergies créatrices et pour mener jusqu’au bout leurs recherches et réaliser leurs aspirations légitimes.

 

C’est cet espace de formation qui est censé inculquer et transmettre toutes les valeurs sur lesquelles doivent être fondées les sociétés en quête de solidarité et de développement. L’université doit être un véritable « ascenseur social » pour favoriser la promotion professionnelle et sociale des étudiants issus des différents milieux pour les amener vers des situations de prise de décision et de responsabilité créative.

 

Le choix du parcours et des thèmes de la recherche doit être fait par passion et avec conviction pour que l’étudiant puisse donner le maximum de lui-même et pour réussir sa trajectoire et maîtriser son être et son intégrité scientifique et morale, loin de toute « marchandisation » de sa matière grise.


INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

 

ALBARELLO Luc, DIGNEFFE Françoise, HIERNAUX Jean-Pierre et al. Pratiques et méthodes de recherche en sciences sociales.

Ed. Armand Colin, Paris, 1995. 179 p. (Coll. Cursus)

 

ADDA Jacques. La mondialisation de l’économie. Genèse et problèmes. Ed. La Découverte, Paris, 2006. 256 p. (Coll. GRANDS. REPERES/MANUELS)

 

BOUTILLIER Sophie, GOGUEL D’ALLONDANS Alban, UZUNIDIS

Dimitri, LABERE Nelly. Méthodologie de la thèse et du mémoire. Ed. Studyrama, Paris, 2003. 226 p. (Coll. Principes)

 

CASSIN Barbara. Logos et polis : la force des discours. In « La sagesse grecque ». Le Point Références, Les Textes fondamentaux, Juillet-Août 2011, pp. 41-63

 

DALLENNE Pierre. Des Trente glorieuses à la nouvelle économie. Ed. Ellipses, Paris, 2000. 160 p.

 

DALLENNE Pierre, NONJON Alain. L’espace mondial : fractures ou interdépendances ? économie, société, civilisation et géopolitique. Ed. Ellipses, Paris, 2005. 896 p.

 

DELIEGE Robert. De l’après-guerre à nos jours. L’âge des doutes. In

« Comprendre l’autre ». Le Point Références, Les textes fondamentaux, Mai-Juin 2011, pp. 71-93

 

FREYSSINET-DOMINJON Jacqueline. Méthodes des sciences sociales. Ed. Montchrestien, Paris, 1998. 356 p.

 

GADREY Jean. L’économie des services. Ed. La découverte, Paris, 1992. 124 p.

 

GADREY Jean. Socio-économie des services. Ed. La découverte, Paris, 2003. 128 p.


GUIDERE Mathieu. Méthodologie de la recherche. Ed. Ellipses, Paris, 2004. 127 p.

 

LONGATTE Jean, VANHOVE Pascal. Economie générale. Ed. Dunod, Paris, 2007. 155 p. (Coll. Express)

 

LE BRETON David. La redoutable leçon du XIXe siècle. . In

« Comprendre l’autre ». Le Point Références, Les textes fondamentaux, Mai-Juin 2011, pp. 37-63

 

LOUBET Jean-Louis. Initiation aux méthodes des sciences sociales. Ed. L’Harmattan, Paris, 2000. 272 p.

 

MINARD Philippe. Marx ou la gloire du travailleur. L’Histoire, N°368, Octobre 2011. Pp. 74-81

 

OLIVIER Lawrence, BEDARD Guy. L’élaboration d’une problématique de recherche : sources, outils et méthode.

Ed. L’Harmattan, Paris, 2005. 100 p. (Coll. Logiques Sociales)

 

QUIVY Raymond, VAN CAMPENHOUDT Luc. Manuel de recherche en sciences sociales. Ed. Dunod, Paris, 2006. 256 p. (Coll. Psycho sup)

 

RICHET Xavier. Les économies socialistes européennes. Ed. Armand Colin, Paris, 1992. 191 p.

 

TREILLET Stéphanie. L’économie du développement. De Bandoeng à la mondialisation. Ed. Armand Colin, Paris, 2007. 231 p.

 

VERRIER Ramon. Introduction à la pensée économique de l’Islam du VIIIe au XVe siècle. Ed. L’Harmattan, Paris, 2009.

 

VIGEZZI Michel. Eléments de méthodologie pour économistes. Presses Universitaires de Grenoble, 2004. 164 p. (Coll. L’économie en plus)


Comments
No comments
Post a Comment



    Reading Mode :
    Font Size
    +
    16
    -
    lines height
    +
    2
    -