Latest News

Travaux dirigés en matière de l’Introduction à la science politique

Introduction à la science politique

 Travaux dirigés en matière de l’Introduction à la science politique

Professeur : M. DANANE HASSAN

FSJES Mohammedia




Axe 1 : L’Édification historique de la science politique 

Axe 2 : La science politique comme discipline scientifique

Axe 3 : la spécificité et les modes d’action de la science politique 

Axe 4 : Axe 3 : Les domaines d’action de la science politique 

Axe 5 : Typologie des régimes politiques contemporains


 

Axe 1 : L’Édification historique de la science politique


Il faut dire que si la science politique est une discipline scientifique nouvelle, il n’en demeure pas moins que l’étude des phénomènes politiques est assez ancienne. Elle a commencé à partir du moment où les hommes se sont intéressés à la compréhension des phénomènes politiques, liés à leur vie en communautés organisées et hiérarchisées, ainsi qu’aux rapports de force et de domination qui résultent de leur interactions permanentes.

De là, on peut facilement déceler des analyses approfondies des différents phénomènes politiques chez les penseurs et philosophes grecques, romains, arabes. Mais, ces analyses sont restées assez vagues et n’ont pas débouchés sur la création d’une science politique au sens stricte du terme.

Quoi qu’il en soit, les premières prémices de cette discipline qui traite essentiellement des sujets de l’Etat, du pouvoir politique, ainsi que des individus et des institutions qui s’en chargent, avaient commencé déjà avec les écrits de Machiavel, Alexis de Tocqueville, Montesquieu, John loock, jean jacques Rousseau, Jhon stuart Mill, …et autres. En revanche, force est de noter que bien qu’elles aient contribué à la construction d’une véritable connaissance politique, ces prémices étaient loin de constituer une science rigoureuse de la politique, à cause notamment de leur liaison étroite avec la philosophie, la morale et le Droit. Du coup, la connaissance scientifique produite durant des siècles était davantage axée sur ce que doit être le régime politique et sur le mode de gouvernement, au lieu d’être axé sur leur réalité telle qu’elle se présente à eux. Cette vision finaliste et moralisante de la politique avait longtemps entravé toute évolution de la connaissance politique vers une science politique autonome de la religion, de la philosophie et du Droit. A ce titre, malgré son ancienneté et sa richesse ainsi que l’accumulation des connaissances, qu’elle avait elle- même empruntée aux autres sciences sociales, la science politique était incapable de s’élever au rang du positivisme de ces dernières qui était basé sur la neutralité axiologique et morale de l’expérimentation et de l’observation.

A priori, la naissance de la science politique, en tant que discipline autonome, est née de l’idée de la recherche et de l’étude des phénomènes politiques indépendamment de la philosophie politique et de la morale qui l’avaient jusqu’au là réduite à l’étude des

 

meilleurs formes de gouvernement, les plus légitimes et les plus appropriées à la nature des hommes et à leur morale.

La discipline de la science politique avait dès ses débuts soulevé la question de la légitimité de son autonomie en ce sens que les phénomènes politiques (Etat, partis politiques, pouvoir, domination, institutions) qu’elle prétend analyser, sont aussi étudiés par d’autres disciplines des sciences sociales (sociologie, géographie, histoire, philosophie).

Dans ce cadre, il faut noter que la détermination rigoureuse de l’objet d’étude demeure un critère fondamental pour qualifier toute discipline de scientifique. Car on ne peut défendre l’existence d’une discipline scientifique qu’à partir du moment où elle arrive à déterminer rigoureusement le champ et les limites de son objet d’analyse par rapport aux autres disciplines scientifiques qui partagent ou disputent les mêmes paradigmes et méthodes avec elle.

C’est dans cette perspective que se pose la problématique de la détermination rigoureuse du concept même de la politique, ainsi que des concepts qui gravitent autour d’elle comme : le pouvoir, la domination, le conflit, l’Etat, les mouvements collectifs…etc.

A ce titre, Il faut noter que la détermination de l’objet de la science politique avait longtemps dominé les débats entre les politistes contemporains. Car la détermination rigoureuse de l’objet de cette discipline se fait à travers la construction de ses problématiques centrales, ainsi que par le perfectionnement de ses méthodes et techniques d’analyse et d’investigation.

Il va de soi que cette introduction est conçue pour l’initiation des étudiants du S1 au grandes problématiques et concepts de la science politique contemporaine. Elle ambitionne de ce fait, initier les nouveaux étudiants à faire usage des concepts de la science politique pour mieux comprendre et analyser la vie politique et ses implications sociales immédiates et lointaines.

 

Axe 2 : La science politique comme discipline scientifique


§1. Définition de la science politique


Reste à savoir en quoi la science politique est une science. Dans les lignes qui suivent, nous voudrions introduire à un questionnement épistémologique c’est-à-dire une réflexion sur le statut de cette discipline. Pour cela, nous nous poserons deux questions : Qu’est-ce qu’une science ? Comment définir la science politique ?


1- Définition de la science


Dans les sciences sociales, chaque école a tendance à affirmer que sa démarche est scientifique. Pourquoi chacun éprouve-t-il le besoin de qualifier sa démarche de scientifique?


Il semble clair à ce niveau que ce sont les prodigieux résultats obtenus par les sciences de la nature qui montrent que leur démarche a conduit et conduit toujours, à une appréhension de plus en plus féconde de la réalité.


De façon générale, nous partirons d’une définition très générale sur la connaissance scientifique, comme: « Représentation causale et objective   de   la   Réalité». Avant de nous interroger sur les notions de causalité et d’objectivité, observons que définir la connaissance scientifique comme « représentation causale et objective de la Réalité », soulève deux affirmations importantes:


Tout d’abord si la réalité peut être représentée c’est qu’elle existe avant toute représentation et indépendamment de toute représentation. On dit que la réalité existe en dehors de la connaissance qu’on en a. Ex: la planète Pluton n’a été découverte qu’à la fin du 19 siècle; il est bien clair qu’elle existait avant de la découvrir.


Ensuite, si la connaissance scientifique est une représentation de cette réalité préexistante, elle n’est pas, et elle ne peut pas être cette réalité elle-même; Althusser dit joliment « le concept de sucre n’est pas sucré! » ; C’est pour cela qu’il existe des représentations de la réalité.

 

La science se distingue par les deux notions de causalité et d’objectivité ;


La causalité


Un des premiers aspects de la démarche scientifique se résume en effet dans la phrase suivante: « Tout fait à une cause »; c.à.d. tout fait à des antécédents qui nous permettent de le comprendre et de le reproduire au moins dans nos pensées. Cela ne veut pas dire que toutes les causes soient scientifiques

La causalité transcendante situe la cause du phénomène considéré en dehors du monde sensible; ainsi le coronavirus est la manifestation de la colère du Dieu. La démarche scientifique refuse évidemment cette causalité.

La causalité pour être scientifique doit relier un phénomène réel à un autre phénomène réel de telle façon que cette liaison permette de comprendre l’action de la cause sur l’effet


L’objectivité


L’objectivité se conquière et se construit par décentrements successifs du sujet par rapport à un domaine de recherche délimité sur lequel l’accord des esprits est possible. Peut-on imaginer des conditions dans lesquelles le scientifique peut garder une position « neutre » à l’égard de son objet d’étude?

Que signifie le fait d’éviter la formulation de jugements de valeur dans les résultats de recherche ?

La neutralité axiologique est une posture méthodologique que le sociologue Max Weber a proposé dans « Le Savant et le politique », qui vise à ce que le chercheur prenne conscience de ses propres valeurs lors de son travail scientifique, afin de réduire le plus possibles les biais que ses propres jugements de valeur pourraient causer.


La critique de Karl Popper


Le philosophe Karl Popper fut le premier à s’interroger sur la rigueur de la démarche scientifique. Sa philosophie traduit très bien la manière de penser des scientifiques aujourd’hui. On peut la résumer en trois points :


La science est une activité « faillible » : elle est toujours inachevée, sans cesse

à recommencer depuis le début.

La science est une activité « falsifiable » : les théories que l’on croit les mieux assises ne sont,      en réalité, que des hypothèses ou des conjectures qui seront un jour réfutées ou falsifiées par le jeu  de nouvelles découvertes.

La science est frappée par l’indétermination : l’univers n’est pas un univers clos, fini que l’on peut totalement maîtriser avec une certitude absolue ; il est, au contraire, un monde infini, ouvert mais aussi irrésolu, indéterminé.


La critique de Thomas Kuhn


Elève de Popper, Thomas Kuhn va montrer qu’à un moment donné de l’histoire, il existe toujours une théorie générale dominante que Kuhn appelle un le travail consiste à élargir la théorie jusqu’à rencontrer des insuffisances, des expériences contradictoires. L’accumulation de ces exceptions conduit à une phase de crise : celle-ci débute par une étape d’incertitude qui est très stimulante et engendre une phase créatrice ou l’on formule plusieurs théories générales alternatives. Il en ressort une révolution scientifique qui conduit à la victoire d’une théorie qui devient le nouveau paradigme.

Au regard de ces premiers éléments de définition de la science, on peut effectivement parler de science politique à propos des recherches concernant les phénomènes politiques.

Enfin, la science politique existe aussi avec les limites de tout savoir scientifique, qui est d’être une représentation plus ou moins proche de la réalité étudiée, qui tend à coïncider avec cette réalité en mettant en œuvre une démarche critique. Le but de la science est en effet d’arriver à établir des connaissances qui coïncident le plus possible avec la réalité. Pour atteindre cet objectif, toute science met en œuvre une démarche intellectuelle spécifique, la démarche scientifique. Cette démarche scientifique est souvent qualifiée de critique, car elle a pour finalité de garantir l’objectivité des connaissances acquises en éliminant les phénomènes qui peuvent la compromettre et en adoptant pour ce faire une attitude critique à l’égard de la connaissance vulgaire ou spontanée de la réalité.

 


§2. Définition du concept de la politique


La définition de la politique demeure une opération aventureuse et risquée, en raison de sa multiplicité, de son floue et de son incapacité à dégager rigoureusement une essence qui lui est propre et qui perdure dans le temps et dans l’espace. En revanche on peut distinguer deux grands types de définitions :


1- Les définitions profanes


La difficulté d’une définition rigoureuse de la politique s’amplifie considérablement avec le règne d’une certaine perception populaire et profane de cette dernière qui y voit « un art du mensonge » ou même « l’art du possible » ou alors « l’art de gouverner les autres » ou enfin « un simple jeu collectif qui vise la réalisation, par tous les moyens, des ambitions individuelles de gloire, de pouvoir et de fortune au détriment des autres. Les définitions scientifiques Au sein de cette catégorie de définitions on peut déceler deux grandes familles


a. Les définitions classiques


    Platon considère dans son œuvre, la République, que le but ultime de toute politique ne peut être que la réalisation de la justice. La politique, n’est alors que l’art d’élever et de conduire les êtres humains. Cet art ne fait pas usage de la force qui est réservée à la tyrannie, mais à l’éducation et à la persuasion qui sont maitrisées uniquement par les philosophes et les sages.

    Aristote définit la politique comme l’art de la conduite collective des hommes afin de les rendre vertueux. Dans cette optique, la politique et la morale sont indissociables. Le but réel de la politique n’est ni la conquête du pouvoir, ni l’enrichissement individuel ou collectif, mais la recherche de la vertu. C’est à dire le bonheur collectif des citoyens.

Cette définition moralisante de la politique trouve un prolongement et un écho dans la pensée politique contemporaine.

A cet égard, le philosophe allemand Jürgen Habermas, partage aussi de manière philosophique cette vision en considérant que la raison d’être de toute connaissance, y compris la connaissance politique, gravite autour de l’émancipation des individus.


b. Les définitions modernes


Il semble que le terme politique prend une autre signification dans la langue anglaise dans la mesure où il renvoie à ce champ de lutte entre les individus et les groupes pour conquérir le pouvoir ; pour l’exercer ou pour le maintenir.

Le politique quant à lui, signifie cette organisation, dans une société, du processus de prise de décisions ayant un caractère obligatoire pour toute la collectivité nationale.

Cette manière de voir la politique se base sur les postulats de la lutte pour le pouvoir et l’organisation coercitive de cette lutte. En d’autres termes, l’intervention de l’Etat, en tant qu’organisation qui monopolise la violence légitime (à travers la loi, la sanction et la persuasion…), pour solutionner et organiser les conflits d’intérêts qui naissent de la lutte pour le pouvoir politique devient capitale.

Maurice Duverger, quant à lui avance que la science politique est une science qui s’intéresse à l’étude des phénomènes du pouvoir et du gouvernement dans toutes les sociétés humaines là où elles se trouvent.

Philippe Braud, va dans la même direction en suggérant que la science politique est cette science qui analyse la scène ou s’affrontent les individus et les groupes pour conquérir et contrôler le pouvoir de l’Etat et de ses institutions, ou pour les influencer directement.

A ce stade, force est de constater que la langue anglaise semble avancer la meilleure et la plus pertinente formulation du concept de la politique, en ce sens qu’elle distingue entre trois niveaux d’analyse bien différents l’un de l’autre : Politics ; Policies et Policy.

The Politics, signifie la politique, ou ce champ social où luttent les différents acteurs sociaux en vue d’accéder au pouvoir. Elle est étudiée par la sociologie politique.


The Policies : les politiques, c’est à dire toutes les orientations et les actions publiques de l’Etat ;

The Policy : Elle signifie l’Etat qui monopolise la violence légitime et une identité liant les acteurs sociaux, en leur fournissant une identification de soi et du monde et en leur justifiant leur vivre ensemble. C’est à dire le système politique.

On peut dire que sur les points évoqués ci-dessus la science politique est progressivement en train de répondre à ces exigences.

 

D’abord par le souci de l’observation empirique de la réalité et par la préoccupation d’assurer l’objectivité de celle-ci.

Les techniques de sondage d’opinion ou d’analyse du contenu comme les procédés d’exploitation mathématique de leurs résultats sont là pour témoigner de cette orientation, malgré les limites que celle-ci peut encore présenter.

Le développement de la science politique se traduit aujourd’hui par l’apparition progressive de cadres d’analyse communs, de concepts communs, de problématiques communes, d’hypothèses communes,

Enfin, une science tend à expliquer les phénomènes qui font l’objet de ses recherches, c’est-à-dire qu’elle tend à établir entre les faits l’existence de relations permettant de comprendre pourquoi tel ou tel phénomène s’est produit, pourquoi il a pris telle ou telle forme.

Ainsi, au terme de ces considérations, le concept de science appliqué à l’étude du politique parait justifié, même s’il est nécessaire de rappeler que la «science» politique présente des spécificités par rapport aux sciences de la nature qui sont celles de toutes les sciences sociales, et même s’il est vrai que son développement «scientifique» a souffert de son autonomisation tardive par rapport à la philosophie politique et par rapport au droit public pour en faire une science sociale à part entière.


§3. Définition de la science politique


Sans aller jusqu’à parler de «L’introuvable science politique», force est de constater que le spécialiste de l’étude des phénomènes politiques se heurte à beaucoup de questions lorsqu’il essaie de définir le champ d’action de sa discipline ainsi que la place qu’elle occupe dans le champ des diverses disciplines universitaires. Les pages qui suivent sont issues du constat de cette situation et tentent d’y répondre de façon un peu systématique en prenant position sur un certain nombre de problèmes généraux qui restent plus ou moins controversés.

Quoi qu’il en soit, la science politique peut être définie comme étant la discipline qui a pour objectif l’étude scientifique des phénomènes politiques. Cette définition est apparemment simple, mais, si on l’examine de plus près, on constate qu’elle est beaucoup moins claire et qu’elle soulève toute une série de questions.

 

C’est ainsi que la première incertitude apparait lorsqu’on s’interroge sur ce qu’est un phénomène politique. On s’aperçoit, comme on l’a déjà évoqué lors de la deuxième séance, que le mot apparemment banal de politique n’a pas une signification aussi évidente qu’on pourrait le penser. Il suffit, par exemple, de faire varier l’article précédant le mot politique pour constater des glissements de sens qui révèlent la polysémie de ce terme. Ainsi se révèle une première incertitude qui concerne la définition de l’objet de la science politique.

Cette difficulté à délimiter l’objet de la science politique s’est traduite par une controverse devenue classique entre tenants de la science politique comme «science de l’Etat» et tenants de la science politique comme «science du pouvoir». Controverse que nous allons adopter, et ce pour des considérations d’ordre pédagogique, tout en considérant qu’elle ne permet pas de parvenir à une solution pleinement satisfaisante.


1. La science po comme science de l’Etat


La première conception relativement classique et traditionnelle, qui a été fortement influencée par les juristes, définit la science politique comme «la science du gouvernement des Etats». La science politique serait la discipline qui étudie les phénomènes relatifs à l’Etat. Cette définition est une définition à dominante juridique, car, si la notion d’Etat comporte des éléments sociologiques -un territoire, une population- elle insiste surtout sur l’idée que l’Etat est une organisation juridique, une personne morale exerçant un pouvoir souverain pour prendre des décisions s’imposant aux membres de la collectivité étatique.

Cette conception que l’on rencontre avant la Seconde Guerre mondiale développée par les juristes et par certains sociologues, comme Georges Davy, a surtout été illustrée après la Libération par les écrits de Marcel Prélot. On la retrouve aussi chez les juristes allemands ou des auteurs comme Le Belge Jean Dabin.

Ceci étant, cette approche centrée sur la notion d’Etat, et sur son corollaire juridique la théorie de la souveraineté, a fait l’objet d’un certain nombre de critiques. Tout d’abord, sa précision reste relative, car les frontières de l’Etat ne sont pas évidentes, particulièrement dans une période qui voit s’étendre les activités et les interventions de l’Etat dans la vie sociale. D’autre part, et surtout, on reproche à cette définition de conduire à une vision restrictive du politique en privilégiant ses aspects juridiques et

 

institutionnels au détriment de ses dimensions sociologiques, en oubliant qu’avant d’être des phénomènes juridiques les phénomènes politiques entrent dans la catégorie plus générale des phénomènes sociaux.


2. La science po comme science du pouvoir


Face à cette thèse que l’on vient d’évoquer s’est affirmée une autre conception de la science politique envisagée comme l’étude des phénomènes de pouvoir. La science politique devient alors la discipline consacrée à l’analyse des rapports d’autorité, de commandement, de gouvernement dans quelque société que ce soit, et pas seulement dans le cadre de l’organisation étatique. C’est une conception qui insiste fondamentalement sur les rapports inégalitaires gouvernants/gouvernés et que l’on trouve particulièrement développée chez les politologues anglosaxons comme Harold Lasswell ou Robert Dahl, aussi bien que chez des auteurs français comme Raymond Aron, Georges Burdeau, Bertrand de Jouvenel ou Maurice Duverger.

Ainsi Robert Dahl définit-il un système politique «comme un ensemble persistant de rapports humains qui impliquent dans une mesure significative des relations de pouvoir, de domination ou d’autorité».

L’intérêt de cette conception est de souligner que la notion de pouvoir se retrouve dans la plupart des groupes sociaux. Dés lors, tout groupe humain comportant des rapports de pouvoir relèverait de la catégorie des phénomènes politiques.

Ceci étant, si la première thèse est apparue restrictive, cette approche du politique par la notion de pouvoir parait exagérément extensive, car multiples sont les formes de pouvoir que l’on rencontre dans la vie sociale. Ainsi du pouvoir du patron dans son entreprise, du chef religieux dans son église, du professeur dans sa classe, pour ne citer que quelques exemples parmi bien d’autres possibles. Dès lors le politique tend à se dissoudre dans le social et à perdre toute identité spécifique.

Les deux approches qui viennent d’être évoquées se heurtent donc à des objections d’une portée non négligeable. D’ailleurs, ces objections sont tellement fondées que les tenants des thèses antagonistes ont été obligés d’en tenir compte et d’amender la radicalité de leurs positions.

 

Ainsi, Marcel Prélot, tout en maintenant sa référence à l’Etat, a été conduit à préciser que la science politique doit s’étendre à la connaissance de « tout l’Etat», dans ses diverses formes et dans ses diverses composantes, juridiques certes, mais aussi sociologiques. II ajoute en outre que la science politique ne saurait négliger l’étude de ce qui a précédé l’Etat — les «phénomènes pré étatiques» —

De même, les tenants de la science politique comme science des phénomènes de pouvoir admettent que les formes les plus perfectionnées et les plus complexes de pouvoir se situent dans le cadre de l’organisation étatique. Ainsi Maurice Duverger constate-t-il «que ceux qui définissent la politique comme la science du pouvoir en général reconnaissent qu’il atteint dans l’Etat sa forme la plus achevée, son organisation la plus complète et qu’on doit surtout l’étudier dans ce cadre; dans les autres sociétés humaines, il reste embryonnaire».

 

Axe 3 : Spécificité et modes d’exercice du pouvoir politique


Le concept du pouvoir occupe une place importante dans la science politique, au point que certains l’on qualifié de science du pouvoir. Et comme le pouvoir n’a aucune substance physique propre à lui dans la nature, sa définition ne peut alors toucher que ses manifestations sociales logiquement observables. En d’autres termes, aucune définition substantialiste ne peut rendre compte scientifiquement de ce phénomène. La raison est qu’il n’est pas une chose mais une situation qui prend naissance et forme dans les relations des hommes.

De ce fait, on peut avancer avec Robert Dahl que le pouvoir est une relation interindividuelle asymétrique entre des individus qui présentent une inégalité de ressources ou de capacités.

En fait, il serait faux de réduire le pouvoir en son aspect négatif, c’est à dire comme un système de règles et de principes coercitifs, qui tend à limiter la liberté des individus et des groupes, ou comme mécanisme oppressant.

Il serait également abusif de considérer le pouvoir comme l’apanage de l’Etat et de ses institutions répressives. Il est partout et traverse toute la société de haut en bas et peut prendre une multitude de formes et de manifestations si l’on admet la proposition de Michel Foucault selon laquelle, le pouvoir ne s’exerce pas uniquement par la violence ou la prohibition, ou même par l’obligation faite à ceux qui ne le possèdent pas. Autrement dit, le pouvoir ne se possède pas, mais il s’exerce par une quantité de stratégies et de techniques qui ne sont pas toutes monopolisées par l’Etat. De ce fait, il est judicieux de voir qu’est ce qui rend le pouvoir politique si spécifique par rapport aux autres formes du pouvoir.

Hanna Arendt avance une autre conception du pouvoir politique qui se démarque foncièrement par rapport à la majorité des philosophes politiques. Pour elle, définir le pouvoir comme un rapport de domination de l’homme sur l’homme serait une erreur de jugement sur la nature intrinsèque de la politique. Car, cela suppose que la violence serait au cœur même de toute forme de pouvoir de la politique. Or, bien que pouvoir et violence soient souvent associées et ont des manifestations communes, cette dernière n’est en réalité qu’un des instruments que le pouvoir utilise pour s’assoir. Hanna Arendt souligne qu’historiquement, il n’y a jamais eu de gouvernement qui

 

soit exclusivement fondé sur l’emploi de la violence. Cela dit, le pouvoir constitue l’élément essentiel de toute forme de gouvernement, puisque ce dernier n’est en définitive qu’un pouvoir organisé et institutionnalisé.

En fait, « le pouvoir et la violence s’opposent par leur nature même ; lorsque l’un des deux prédomine, l’autre est éliminé. » Cela implique que la violence peut détruire le pouvoir, mais elle est parfaitement incapable de le créer.


1. La spécificité du pouvoir politique


De tous les pouvoirs sociaux, le pouvoir politique se distingue par sa territorialisation, c’est à dire par le fait qu’il s’exerce à l’intérieur d’un territoire géographiquement déterminé par l’exercice et le monopole de la violence légitime de la part de cette organisation qu’on dénomme communément l’Etat. c’est-à-dire, de cette violence jugée par la population comme indispensable pour le bon fonctionnement de toute la société.

A ce titre, le pouvoir politique implique toute forme de pouvoir émanant de l’Etat ou de ses institutions qui vise à commander et orienter une population donnée sur un territoire donné dans le but de répartir autoritairement les ressources matérielles et symboliques ayants une valeur au sein d’une société. En fait, le qualificatif politique du pouvoir, renvoie directement à son caractère étatique et public. C’est-a-dire à son émanation de l’Etat et de ses institutions.

A l’origine, c’est Max weber qui a pu nous fournir la définition la plus pertinente du pouvoir, quand il a développé ses deux principaux concepts de Macht (puissance de coercition) et Herrschaft (pouvoir comme autorité). où il identifie le pouvoir comme la capacité d'un acteur (individu, institution, groupe, partis politique, famille...), dans un rapport social, de modifier le comportement d'un autre, par la pression, la force ou par d'autres formes de domination non coercitives.

 

Généralement, le pouvoir politique est cette capacité, dont dispose l’Etat d’agir autoritairement sur les comportements et la vie des citoyens dans le cadre du territoire national. On est là en présence d’une autorité et d’une contrainte institutionnalisées et manifeste, c’est à dire organisées au sein d’un certain nombre d’institutions et régulées par d’innombrables de normes et de lois obligatoires.   La nature même de tout pouvoir politique est d'obtenir la soumission des membres de la société sous menace de contraintes physiques.

Le pouvoir politique n’est alors qu’une des multiples facettes que peut revêtir le pouvoir : pouvoir religieux, pouvoir économique, scientifique... De plus, le pouvoir n’est pas nécessairement concentré dans l’Etat et ses institutions, en ce sens que d’autres institutions sociales peuvent elles aussi le produire et l’exercer comme les partis politiques, la famille, les syndicats, l’école, les Zaouya's, les organisations de la société civile…


2. Les modalités de l’exercice du pouvoir


Michel Foucault estime que le pouvoir ne se possède pas par les individus, mais il s’exerce. De là, la vraie question n’est pas de savoir qu’est-ce que le pouvoir, mais comment il s’exerce par ceux qui le détiennent, par quels mécanismes il s’exerce, et quels sont ses lieux d’exercice (tactiques, techniques, stratégies, règles, enjeux, objectifs…) ; (la prison, les asiles psychiatriques, les écoles, les ateliers, l'armée, la famille…)

Il faut noter que si le phénomène du pouvoir est universel et naturel ses modalités d’exercice ont fluctué durant l’histoire. Mais, depuis le milieu des années cinquante on a commencé à voir naitre l’Etat providence en occident et avec lui une nouvelle forme de pouvoir politique. On est donc passé selon Michel Foucault, d'un pouvoir qui « fait mourir ou laisse vivre » à un système qui « fait vivre ou laisse mourir ».

Généralement, le pouvoir politique peut prendre plusieurs formes lors de son exercice.

 

a. Distinction selon le nombre de ceux qui exercent le pouvoir


On peut dès lors distinguer trois formes principales selon le nombre de ceux qui l’exercent :

        Le pouvoir d’un seul ; (Roi, despote, président, consule, chancelier,) qui exerce à lui seul tous les pouvoirs politiques. On parle alors d’un pouvoir autocratique. Ce type de pouvoir peut dériver vers un pouvoir personnifié et personnalisée dans la personne même de l’autocrate. En d’autres termes, l’autocrate incarne physiquement le pouvoir politique lui-même et concentre entre ses mains l’essentiel de ses attributs.

        Le pouvoir d’une minorité. (oligarchie, aristocratie, technocratie, ploutocratie, gérontocratie,...) dans ce cas, le pouvoir politique est exercé par une minorité ou par une élite restreinte qui demeure étrangère par rapport aux reste de la population. Dans ce cas le pouvoir politique circule uniquement à l’intérieur du cercle du pouvoir détenu par la minorité. Il se transmet soit, par hérédité, soit par, cooptation, soit par tirage au sort, soit même par la désignation. L’objectif de ce type de pouvoir est de rester toujours à l’intérieur du groupe minoritaire qui gouverne.

        Le pouvoir de la multitude, (Démocratie). Ce type de pouvoir politique s’exerce par la foule, ou la masse des citoyens indépendamment de leurs origines, classes, richesses, religion. Ce type d’exercice du pouvoir se base essentiellement sur le facteur nombre et sur la majorité numérique pour prendre les décisions qui s’imposent à toute la société. Cette forme d’exercice du pouvoir politique semble être la moins personnalisé puisque le choix des détenteurs du pouvoirs n’obéit à aucun critère sélectif particulier. De plus ce type de pouvoir se prête le plus pour le processus à l’institutionnalisation étant donné que la ou les personnes détentrices du pouvoir ne peuvent prétendre s’assimiler à leur poste ou le détenir en dehors des règles fixées par la majorité des citoyens.

 

b. Distinction selon son caractère


On peut aussi distinguer d’autres formes d’exercice du pouvoir, selon son caractère dissuasif et son acceptation (légitimité) de la part de ceux qui le subissent. Dans ce cas, trois formes de pouvoir peuvent être évoqués :

        Le pouvoir à caractère rationnel, qui repose sur la croyance de tous les citoyens en la légalité (la conformité au Droit) des décisions et des ordres dictés par ses détenteurs. Dans ce cas, on parle d’un pouvoir institutionnalisé et légale, c’est à dire qui s’exerce en vertu de sa conformité avec les lois et les normes des institutions politiques. les détenteurs du pouvoirs n’ont dans ce cas aucun rapport avec le lieu du pouvoir. Le lieu du pouvoir politique se trouve dans les institutions et non dans les personnes qui l’exercent.

        Le pouvoir à caractère traditionnel : qui repose sur la soumission des sujets à aux traditions sociales et religieuses qui font de lui une chose sacrée et mystique qui inspire la peur et le respect de la part de ceux qui le subissent. L’obéissance des sujets à ceux  qui détiennent le pouvoir est dictée par des règles sacrées transmises de génération en génération. Celui qui détient le pouvoir n’est pas un supérieur de ceux qui obéissent mais simplement un seigneur dont le pouvoir est personnel, et qui est entouré de serviteurs et de sujets.

        Le pouvoir à caractère charismatique: qui se base sur la soumission totale quasi sacrée au chef charismatique dont les vertus, la valeur, l’héroïsme et le courage dépasse ceux de ses semblables. L’obéissance des citoyens est garantie grâce aux qualités personnelles du chef et non à un quelconque ordre légal ou institutionnel. Le chef charismatique constitue de ce fait le lieu même du pouvoir politique. Il communique ses ordres et ses décisions à son peuple en dehors des institutions politiques, puisque ces dernières ne peuvent prétendre à aucune légitimité en dehors de sa personne. Ce type de pouvoir est souvent un pouvoir personnifié et personnalisé dans et par la personne du chef. il peut dévier vers un type de pouvoir autocratique, despotique, ou même totalitaire.

De toute manière, l’exercice du pouvoir politique ne peut reposer uniquement sur la violence, il requiert inexorablement un minimum de légitimité de ceux qui l’exercent.

 

c. Les sources du pouvoir politique


De manière générale, les détenteurs du pouvoir politique se distinguent de leurs semblables par une qualité ou par un certain nombre de qualités personnelles qui les valorisent aux yeux de la communauté. Parmi ces qualités qui confèrent à certains de devenir chefs et détenteurs du pouvoir politique on peut citer :


1. La descendance d’une famille de rois, saints, notables,... l’hérédité joue alors un rôle déterminant dans l’accession de l’individu au pouvoir en ce sens que l’appartenance au clan ou à la famille qui règne suffit à elle seul pour devenir un chef détenteur du pouvoir ou pour faire partie du cercle de ceux qui gouvernent. La descendance comme critère d’accession au pouvoir est pratiquée dans les régimes politiques, oligarchiques, aristocratiques, monarchiques...


2. La richesse ; souvent les chefs politiques font partis des familles les plus riches dans la société. La richesse permet à ceux qui la détiennent d’influencer directement le comportement des autres, en ce sens qu’elle permet de récompenser la soumission et la fédilité des autres. On appelle le type de pouvoir qui est basé sur la richesse la Ploutocratie.


3. Le savoir, et la bonne parole ont eu souvent un impact décisif sur les comportements des hommes. Et comme le savoir et la parole sont inégalement répartis dans les sociétés, ceux qui les détiennent arrivent parfois à se frayer un chemin vers le pouvoir politique pour devenir des chefs ou simplement pour faire partis des cercles rapprochés du pouvoir politique. Le pouvoir des savants et des érudits est appelé technocratie. Le savoir et la parole deviennent alors le fondement même de la légitimité politique.


4. Le charisme, c’est à dire l’ensemble des qualités personnelles exceptionnelles du chef politique, courage, héroïsme, sagesse, générosité, paternalisme, montreur de conduite... qui constituent le fondement de la légitimité et du pouvoir politique du chef. on obéit au chef, non pas à cause du pouvoir de contrainte dont il dispose, mais parce qu’il bénéficie d’une acceptation préalable des sujets qui croient en lui et en ses qualités exceptionnelles au point de devenir docile. L’obéissance au chef charismatique constitue un signe de reconnaissance et de confiance que les sujets manifestent à son égard. Le chef devient alors le centre du pouvoir politique, et il est entouré de plusieurs cercles de serviteurs de confiance qui n’ont aucune légitimité politique propre en dehors de celle que le chef leur procure.

 Le charisme n’est pas une situation politique statique et stable, car il est attaché à la personne du chef lui- même. Une fois ce denier disparait, son charisme est alors amené a changer de caractère, soit en se rationnalisant en se basant sur des institutions durables, soit en se traditionalisant en se basant sur l’histoire exceptionnelle de l’ex- chef qui devient un critère de sélection des chefs politiques à venir.


5. La tradition, le chef détenteur du pouvoir politique et l’étendu de ses pouvoirs sont alors fixés selon des règles anciennes transmises de génération en générations. Le chef politique n’est pas un supérieur hiérarchique de ses sujets. Il est un saint auquel la tradition et les règles sacrées (religion) confère le statut de chef en vu d’appliquer le pouvoir des divinités, ou de forces extranaturelles. Le chef traditionnel devient ainsi le gardien de la tradition et de la parole des divinités et des forces protectrices de la communauté. Les sujets en obéissant à leur chef ne font qu’obéir à un ordre divin ou surnaturel protecteur en quoi ils croient.


6. Le hasard, beaucoup de chef politique ont accéder au pouvoir non pas grâce leur charisme, talent, ou appartenance sociale, mais grâce a un pur concours de circonstances qui avait facilité leur accès au pouvoir. Le hasard peut jouer en faveur d’un chef politique en cas de décès, maladie, déchéance, élimination, abdication, tirage au sort, coup d’Etat... d’un prétendant favori au pouvoir. ( Bachar al Assad, Staline, poutine, abdication du Roi Edward VIII en 1936 en faveur de son frère Georges VI, Napoléon, Mandela, ...).


1. Le réseau politique, la place que peut occuper un individu ou un groupe d’individus dans Les réseaux politiques influents, c’est à dire dans ces structures spécifiques de relations (la communication, le soutien, l'influence, le commandement et le contrôle, l'auto- organisation, la persuasion, la coalition, les flux commerciaux, la solidarité,...) entre les acteurs-individuels, collectifs, privés, publics ... peut déterminer largement leur chance d’accéder au pouvoir politique. Autrement dit, la place qu’occuperait un acteur dans un ou plusieurs réseaux politiques élitiste et influent peut être révélatrice de ses chances et de ses capacités de devenir un chef politique.

 

Axe 4 : Les domaines d’action de la science politique


On peut suggérer avec Pierre Favre que la science politique dispose de plus qu’un objet d’étude. Elle a des objets qui ne lui appartiennent pas exclusivement, En ce sens qu’elle les partage avec d’autres disciplines des sciences sociales. Ces objets sont justement devenus centraux dans la science politique grâce une longue tradition académique et institutionnelle. De ce point de vu, la question de l’objet central et exclusif de la science politique devient sans aucun sens, étant donné qu’il n’existe aucune frontière précise et limitée entre les objets traités par les sciences sociales.


Il va de soi que l’objet ou le les objets de la science politique ne sont autres que ceux qui ont été admis comme tels, par la communauté des politistes et leurs institutions pour devenir les objets de la science politique à un moment donné de l’histoire, et qui sont par la suite consacrés par l’Etat et érigés en objets et sujets officiellement intégrés dans les programmes d’enseignement de la science politique.

En 1950 l’UNESCO avait approuvé quatre grands axes et problématiques constituants la science politique :


1. La théorie politique (l’histoire des idées politiques, la philosophie politique).


2. Les institutions politiques (la constitution ; le gouvernement central; le gouvernement régional et local; l’administration publique; les fonctions économiques et sociales du gouvernement; les institutions politiques comparées…).


3. Les Partis politiques, les Groupes et l’opinion publique : (les partis politiques ; les syndicats ; les groupes d’intérêts et les associations ; la participation des citoyens au gouvernement et a l’administration ; l’opinion publique…)


4. Les relations internationales : (l’organisation et l’administration internationales, le Droit international, les relations entre les acteurs internationaux ).


Et si l’on veut arrêter une liste des sujets qui sont supposés faire l’objet de la science politique contemporaine on peut évoquer :


        Les acteurs politiques : les institutions ; les groupes organisés, les individus, les mouvements sociaux…


        Les processus politiques : les politiques publiques ; la socialisation politiques, les opérations électorales, l’action politiques collective, les conflits politiques, …


        Les comportements politiques : le vote, l’opinion publique, la participation politique…


        Les idées politiques : idéologies, courants politiques, sensibilités politiques, orientations politiques, idéaux politiques (justice, liberté, égalité, reconnaissance, identité…)

 

Axe 5. Typologie des régimes politiques contemporains


§1.Le régime démocratique


La démocratie est une notion qui dérive des mots grecs Démos et Kratos qui signifient respectivement Peuple et pouvoir. Elle envoie ainsi au pouvoir du peuple dans l’Etat. Abraham Lincoln considère ce régime comme le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. Ce régime était considéré par le penseur politique comme le moins acceptable en ce sens qu’il offrait injustement le pouvoir politique à la multitude qui est par nature chaotique et irrationnelle.

Si tout État démocratique est par nature un État de droit (France, Grande Bretagne…etc.), il n’est pas vérifié que tout État de droit soit un État démocratique (Allemagne nazie, Italie fasciste, Ex-États du bloc communiste).


A. La démocratie représentative


Selon une définition devenue désormais classique, la démocratie représentative est « un système politique où les gouvernants sont élus par les citoyens et considérés ainsi comme leurs représentants ». La démocratie représentative est de ce fait, une des formes les plus répandues des systèmes de gouvernement dits démocratiques, dans la mesure où le peuple souverain, étant dans une impossibilité objective et technique d’exercer lui-même le pouvoir législatif, il le délègue à ses représentants lors des élections. Ces derniers ont l’avantage d’être qualifiés pour discuter les affaires publiques sans pour autant qu’ils ne reçoivent des instructions directes de la part de ceux qui l’ont choisi.

La démocratie représentative repose ainsi sur les principes suivants :


1. La souveraineté appartient exclusivement à la nation,

2. Les gouvernants sont désignés par des élections libres, transparentes et régulières,

3. Les élus sont indépendants de leurs électeurs car ils représentent la nation entière.

4. Le parlement est le centre de tous les pouvoirs politiques,

5. la justice est indépendante par rapport aux autres pouvoirs,

6. Les droits et libertés fondamentaux des citoyens sont garantis,


Les principes fondateurs du mode de gouvernement démocratique


La démocratie représentative se distingue de la démocratie directe en ce sens qu’elle se repose sur l’idée de la souveraineté nationale au lieu de la souveraineté populaire. Cela signifie que le citoyen électeur n’est pas titulaire de la souveraineté. Cette dernière appartient plutôt à la nation qui est   une entité, abstraite, collective et indivisible, différente des individus qui la composent. Les élus représentent ainsi la nation toute entière et n’ont aucune directive à recevoir de ceux qui les ont élus.

Généralement, la démocratie représentative demeure un mode de gouvernement ou les citoyens électeurs ne font que jouer un rôle, qui est celui de contribuer, par leur vote, à l’expression de la volonté générale de la nation. Le parlement est le lieu où se manifeste cette volonté générale de la nation qui demeure indépendante est souveraine. Une telle vision de la démocratie qui sépare les élus de leur base sociale avait entrainé un renforcement démesuré des rôles de l’institution parlementaire et des députés qui y siègent au point d’être qualifié du parlementarisme absolu, ou de l’absolutisme de la loi. L’indépendance quasi totale du parlement par rapport au peuple fait de lui le détenteur effectif de la souveraineté.


B. la séparation des pouvoirs


Paragraphe premier- le principe de séparation des pouvoirs.


Après avoir étudié la constitution anglaise, Montesquieu y découvre les facteurs de régulation interne du pouvoir politique en mesure de préserver liberté des individus contre l'arbitraire naturel des gouvernants A- la théorie de la séparation des pouvoirs.

Le principe développé par Montesquieu est simple : lorsque les pouvoirs de l'Etat sont concentrés entre les mains d’une seule personne ou d'une même institution, la liberté des individus est menacée, parce que « c'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ». Par conséquent, pour préserver cette liberté et la prémunir contre le despotisme naturel du pouvoir, il faut lui fixer des limites.

 

La théorie de Montesquieu repose sur la séparation des pouvoirs qui permet de répartir l'exercice de la souveraineté entre trois organes. Ainsi aucun organe ne peut avoir la prétention légitime de représenter la nation dans son entier et, et par conséquent l'attribut de dominer les autres pouvoirs. De la sorte, les pouvoirs se feront contrepoids et se limiteront mécaniquement c'est-à-dire par la force des choses, et non par le seul respect d'une norme transcendante (la constitution).

Pourtant la séparation des pouvoirs ne signifie pas l'isolement des organes de l'État. Le gouvernement d'un État ne peut fonctionner que sur la base d'une collaboration des pouvoirs..


B- Les limites à la séparation des pouvoirs.


Même lorsque la théorie de la séparation des pouvoirs est entièrement consacrée, notamment dans les démocraties occidentales contemporaines, il faut admettre qu’elle souffre de limites de plus en plus banalisées.


a- Les limites quant à l’effectivité de la séparation :


Aucune démocratie moderne ne peut prétendre à une application détaillée de la séparation des pouvoirs.

Sauf dans le régime américain, le pouvoir judiciaire n’a jamais été considéré comme égal aux autres pouvoirs.


b- Le fait majoritaire :


Lorsque le gouvernement est issu d’une majorité parlementaire qui le soutien, la séparation de l’exécutif et du législatif est vidée de sa substance.

Paragraphe second- le principe de l’équilibre des pouvoirs.


Les applications de la théorie se déclinent en deux versions spécifiques : une séparation souple du pouvoir et une séparation stricte ou rigide. Mais l'existence de régimes de confusion des pouvoirs ne doit pas être perdue de vue.


A- la séparation souple des pouvoirs.


Les démocraties représentatives fondées sur le principe de la séparation des pouvoirs (ou la collaboration des pouvoirs) sont dites à régime parlementaire. En effet, ce régime repose sur le principe de l’égalité des pouvoirs notamment législatif et exécutif

 

à travers une logique de rapports systématiques contrairement à la logique d'indépendance de chacun de ces pouvoirs par rapport aux autres. leur collaboration constitue le fondement de leur équilibre.

Le régime parlementaire type s'est développé en Grande-Bretagne


b- Les mécanismes de l'équilibre du régime parlementaire


La collaboration qui est le principe de base des rapports entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif peut ne pas remédier à des situations de blocage et de pressions qui peuvent perturber le fonctionnement du régime parlementaire. D'où l'usage de moyens de pression dont dispose réciproquement chacun des deux pouvoirs

1- la responsabilité politique du gouvernement devant le parlement.

La responsabilité du gouvernement devant le parlement peut être engagée par le biais de deux procédures distinctes : la motion de censure et le vote de défiance (le refus d'accorder leur confiance au gouvernement).


2- la dissolution du parlement.


Simple prérogative royale à ses origines, la procédure de dissolution de la chambre basse du parlement s'est transformée en mécanisme de base de l'équilibre des pouvoirs dans le régime parlementaire. Le droit de dissolution du parlement apparaît comme une arme préventive destinée à endiguer les ardeurs de la majorité parlementaire lorsque le soutien de ceux-ci au pouvoir exécutif devient fluctuant et de, par conséquent, être facteur générateur d'instabilité gouvernementale.


B- la séparation rigide des pouvoirs.


Le principe de la séparation stricte des pouvoirs est fondé sur l'égalité et l'indépendance des pouvoirs, l'un par rapport à l'autre. Le mode type de séparation stricte des pouvoirs est représenté par le régime présidentiel américain. Dans ce régime la caractéristique de l’égalité et de l'indépendance des pouvoirs législatif et exécutif repose sur deux points fondamentaux:

- l'absence de moyens de pression réciproque, c'est-à-dire que la responsabilité du chef de l'exécutif ne peut pas être engagée devant le pouvoir législatif et, réciproquement, le chef du pouvoir exécutif ne dispose pas de la prérogative de

 

dissolution des chambres du parlement. L'absence de mécanismes de contrepoids implique une collaboration de nature quasiment contractuelle entre les deux pouvoirs, seule issue leur permettant de coexister jusqu'à la fin de leurs mandats respectifs.

- l'élection du président au suffrage universel direct. Ce facteur fondamental place le chef de l'exécutif à égalité par rapport au pouvoir législatif : « il tire son statut directement de la nation et non de l'assemblée (législative) et ne dépend pas de cette dernière quant à l'exercice de ses pouvoirs »


§2. Les régimes totalitaires


Le mot totalitarisme semble être inventé pat Mussolini dans les années trente du XXème siècle pour désigner la supériorité de l’Etat sur tout autre institution politique ou sociale et son caractère total.

Le totalitarisme est de ce fait un régime politique ou aucune résistance à l’Etat et à ses institutions n’est tolérée même si elle est pacifique. Les citoyens sont dans un tel régime réduits à de simples serviteurs de la grandeur de l’Etat. Autrement dit, on est devant une nouvelle catégorie de régimes politiques ou l’Etat prend en charge de manière exclusive la création d’une nouvelle société et d’un nouveau citoyen. Ces régimes ont vu le jour en Italie fasciste, en Allemagne nazie et en URSS stalinien.

Parmi les caractéristiques de ce régime on peut invoquer :


i. La subordination de tous les secteurs sociaux à l’Etat ;


ii. L’existence d’un chef charismatique et du culte de la personnalité,


iii. L’existence d’un parti unique ;


iv. Le monopole et le contrôle de tous les moyens de communication de masse ;


v. L’existence d’une idéologie officielle, pour simplifier et réduire le monde ;


vi. Le recours massif à la violence et à la terreur commemode de gouvernement,

vii. Le refus de toute forme de pluralité et de diversité politique ou culturelle,

 

ix. Une tendance guerrière et agressive en politique étrangère (volonté de domination et d’expansion à l’étranger.

§ 3. Les régimes autoritaires


Le terme autoritaire recouvre un vaste éventail de régimes politiques, que l’on peut qualifier de franquisme, de régimes militaires en Amérique latine et en Asie, des Etats nouvellement indépendants d’Afrique, des monarchies sultaniennes ou partimonialistes…etc. Juan José Linz défini les régimes autoritaires sur la base de trois caractéristiques principales:

1. le pluralisme politique limité,


2. la présence d'une mentalité politique plutôt que d'une idéologie totalisante,


3. l'absence ou le faible niveau de mobilisation politique des masses.


Commentaires
Aucun commentaire
Enregistrer un commentaire



    Reading Mode :
    Font Size
    +
    16
    -
    lines height
    +
    2
    -