Nouvelles

INITIATION AU MANAGEMENT


Bonjuor cher-e-s étudiant-e-s,

Bienvenu-e-s au cours du management des organisations.

Permettez-moi de vous annoncer la visée de ce cours : étudier l’évolution de la pensée managériale à travers des auteurs que nous considérons fondateurs de cette conception.

L’introduction de ce cours comporte cinq activités.

– La première est l’exposé du contenu de cette matière et du protocole pédagogique qui l’accompagne (voir support pédagogique). 

– La deuxième est l’introduction, proprement dite, de ce cours. Elle annonce le contenu du cours à travers trois axes dont les deux premiers sont dispensés au Semestre 1 (voir support pédagogique).

– la troisième est la discussion de la définition du concept entreprise.

– La dernière est un forum de discussion sur les contenus de l’exposé, de l’introduction et de l’article.

Un test d’évaluation clôture cette introduction et vous permet de vérifier sa compréhension

Bonne découverte.

Pr. Latifa Horr.

Management Général des Organisations

Semestre 1 : Parcours Économie- Gestion

Groupes : G & H

Pr. Latifa HORR / Département Économie- Gestion

Année Universitaire 2021-2022

Séance de démarrage


1) Présentation du dispositif pédagogique

1.Introduction

2.Contenu du cours

3.Objectif du cours

4.Connaissances, habilités et compétences à faire acquérir à l’étudiant

5.Approche pédagogique : classe inversée

6.Evaluation

7.Références Bibliographiques

Introduction (1)

—Exercice (5 minutes)

  – Décrivez des actions que vous avez accomplies depuis que vous avez ouvert les yeux jusqu’à maintenant !

  – Identifiez les entreprises qui sont liées à ces actions.

Exp d’actions et d’entreprises liées à ces actions :

– Je me suis réveillée le matin grâce à la sonnerie de mon portable, de mon réveil, etc. (Quelle est l’entreprise qui a produit le portable ou le réveil ?).

-J’ai allumé la lumière (Quelle est l’entreprise qui commercialise le service d’électricité).

-J’ai pris ma toilette (Quelles sont les entreprises qui commercialisent le service de l’eau, les robinets, les serviettes, le savon, etc.).

Constat à tirer de l’exercice :
Notre vie est au cœur des organisations (1)

  • Nous faisons partie de la vie de plusieurs organisations qu’elles soient formelles ou informelles :

– celles qui nous prennent en charge dès notre naissance (l’hôpital, la famille, la commune, etc.).

 – celles qui nous accompagnent au cours de notre vie ( la ville, la faculté, une association, une entreprise, un club, etc.).

  • Ces organisations diffèrent par le mode de management.

Question que traite ce cours (1)

  • Quels sont les principes de management qui régissent ces organisations  et comment ces principes ont –ils évolué dans le temps ?

Objectif du cours (1)

  • Acquérir les concepts de base du management général.
  • Découvrir l’évolution de la pensée managériale.
  • Faire interagir la théorie et la réalité du management des organisations.
  • Préparer l’étudiant à passer un stage en organisation.

Plan du cours (1)

  • Introduction
  • Axe 1 : Définition du concept du management
  • Axe 2 : Principes du management classique

A.Organisation scientifique du travail (OST)

B.Organisation administrative du travail (OAT) C.Organisation bureaucratique du travail (OBT)

D.Prise en compte du comportement social des salariés

E.Prise en compte du comportement psychologique (Maslow, McGregor et Herzberg)

Organisation de ce contenu (1)


Connaissances ciblées dans ce cours (1)

  • A la fin du cours, les étudiants auront acquis des connaissances sur
  • Les concepts de base du management des organisations ;
  • Les apports de certains auteurs au management des organisations ;
  • La différence entre les principes de management développés par ces auteurs.

Habiletés intellectuelles / cognitives (1)


Habiletés / compétences générales (transversales) (1)
 

  • Les étudiants sont initiés aux compétences générales suivantes :
  • Lire et commenter la presse ;
  • Visiter, observer des organisations ;
  • Faire des compte- rendus ;
  • Faire interagir la théorie et la réalité des organisations ;
  • Vérifier la validité des théories sur des études de cas d’organisation ;
  • Communiquer par écrit et/ou oralement.

Habiletés / compétences spécifiques au domaine disciplinaire (1)

  • A la fin du cours, les étudiants sauront
  • Commenter, dans une certaine mesure, le management d’une organisation ;
  • Elaborer une première stratégie pour passer un stage en organisation

Philosophie du cours : Classe inversée (1)

  • Ce modèle part d’une idée très simple :

le précieux temps de ce cours serait mieux utilisé si nous nous en servions

-pour interagir et travailler ensemble à distance

-plutôt que de laisser seul le Professeur parler.

Proposition d’utilisation de la Classe inversée (1)


Approche pédagogique constructiviste (1)


Evaluation (1)

  • Examen d’entrainement
  • Examen final (questions théoriques et pratiques)

Références bibliographiques (1)

  • Voir ce qui existe à la bibliothèque de la fac.
  • Bernoux, Ph. , 1987,  La sociologie des organisations, Seuil.
  • Gerbier J., 1987, Organisation, gestion, direction, management : tentative de clarification sémantique, Travail et méthodes.
  • Lebraty J., 1992, « Management et gestion, quel apprentissage ? », Economies et sociétés n°18, Série ès de Gestion, p.(131-159).
  • Mintzberg ,H. 1990, Management voyage au cœur des organisations, Les organisations.
  • Petit, S. C. S. et Huaut I., 2009, Les grands auteurs en management, 2ème Editions, EMS Management et Sociétés.

2)  Trois précautions à observer


3) Qu’est-ce qu’une organisation ?

  • On appelle organisation tout groupent humain, structuré, hiérarchisé et finalisé.
  • Exemple : Université, Hôpital, Association, groupe, etc.

3) Qu’est-ce qu’une entreprise ?


Qu’est-ce qu’une entreprise ? (3)


Définition managériale de l’entreprise (3)


Département Économie- Gestion

Professeure Latifa HORR

Management Général des Organisations

Introduction

Parcours Économie- Gestion ; Licence 1, Semestre 1.

Années Universitaires : 2021-2022

L’être humain a une tendance difficile à contraindre ; il veut tout organiser. L’histoire de l’humanité est celle de la création et du développement d’organisations sociales. Les premières furent les familles et les tribus ; puis vinrent les villages. Le système féodal représenta une forme de « complexification » de cet ordre.

Plus globalement, le XXème siècle marque la transition de la société agraire à la société industrielle, il est aussi celui de la formalisation des organisations.

Comment cette formalisation a-t-elle été conçue au fil du temps ?

Telle est la visée du cours « Management général » programmé en première année du parcours Economie – Gestion : présenter l’évolution de la pensée managériale à travers des auteurs que nous considérons fondateurs de cette conception du management.

Schématiquement, le contenu de cette conception relative aux deux semestres : S1 et S2, se présente comme suit :


Quelque soit le semestre, l’objectif de ce cours est de

  • de défini r le concept clef du management et éviter la confusion de ce concept avec celui de l’organisation, la gestion et la direction (Axe 1. Définition du concept management). Rappelez-vous qu’une science est d’abord une langue bien faite, telle que celle des mathématiques qui ne se prête guère à l’ambiguïté. Puisque nous ne pensons qu’avec la symbolique des mots, la communication tellement à l’ordre du jour, nécessite donc  plus que jamais que l’on s’accorde sur le sens des mots ou le sens que leur nous attribuons ;
  • de retracer, via trois approches, l’évolution de la pensée managériale d’une conception mécanique ne s’intéressant qu’aux aspects internes à l’organisation, à une conception par l’environnement, mettant particulièrement l’accent sur les aspects externes à l’organisation, à une conception complexe qui prend en compte à la fois l’interaction entre les aspects internes et externes à l’organisation.

La première, qui s’enracine dans l’optimisation économique classique et néo-classique est traitée dans l’axe 2 : Principes du management classique. Elle renvoie à l’apport des pionniers en mangement : les ingénieurs tels que Taylor, Fayol, etc. Elle a instauré les premiers principes du management de l’entreprise en tant que système fermé, en mettant essentiellement l’accent sur les aspects internes à l’organisation, telle que la production, la dynamique de groupe, la notion de pouvoir, les motivations des salariés.

La seconde, l’œuvre des informaticiens et des économistes, a minimisé l’importance du management en faveur des choix stratégiques de l’organisation ; et ce en réaction et en faveur de l’environnement. Elle a particulièrement mis l’accent sur les aspects externes à l’organisation. Elle est constituée par l’axe 3 : Management par l’environnement.

La dernière représentée par l’axe 4, qui se veut proactive, s’intitule : principes du management dans la complexité. Elle traite la turbulence de l’environnement et l’enchevêtrement de ce qui est interne et externe à l’organisation.

Etant la diversité des auteurs en management, issus d’horizons différents et de perspectives divergentes, seront évoqués ceux que nous considérons pertinents pour baliser cette évolution.

Toujours est-il que ces trois approches  peuvent servir de grille d’analyse ou de repères de classement ou de relecture des travaux  d’autres auteurs en management.

Comme le montre le schéma précédent, le contenu du S1 traite  uniquement trois axes :

  • Axe 1. Définition du concept du management ;
  • Axe 2. Principes du management classique ;
  • Et axe 3. Principes du management par l’environnement.

Par ailleurs, à travers des exercices pratiques et des exposés théoriques interactifs, les étudiant-e-s seront en mesure de

  • découvrir des organisations à travers une observation libre;
  • commenter des modes de management d’organisations identifiées sur le net ou sur la presse ; ou par des visites ;
  • d’acquérir des outils nécessaires à l’observation approfondie d’une organisation, notamment lors d’un stage d’initiation.

Il est à souligner  que pour aborder ce cours, trois précautions sont à observer par les étudiant – e-s:

  1. Le concept d’organisation inclut celui d’entreprise. Vu que votre espace professionnel est composé aussi bien des organisations que des entreprises, le cours ne traite pas uniquement le management des entreprises ; mais vise aussi celui des organisations. Brièvement, on appelle organisation tout groupent humain, structuré, hiérarchisé et finalisé, exemple : une Université, un Hôpital, une Association, un groupe, etc. Tandis qu’une entreprise ne constitue qu’un cas de figure d’une organisation.
  2. Il existe plusieurs définitions pour signifier ce qu’est une entreprise : juridique, sociologique, économique, managériale, etc. Recourir au dictionnaire vous permettra certainement de déceler la différence entre ces définitions. La définition que nous retenons au  moins  provisoirement est certes managériale. Nous la schématisons ainsi :

  1. En effectuant vos recherches, vous identifierez des références qui traitent des auteurs en management ou en organisation, et d’autres qui abordent particulièrement des comportements humains et managériaux. Reportez-vous plutôt aux premières pour consolider les bases de votre apprentissage en management.

Références Bibliographiques

  • Bernoux Ph ;, 1987, Sociologie des organisations, Seuil.
  • Gerbier J., 1987, Organisation, gestion, direction, management : tentative de clarification sémantique, Travail et méthodes, nombre décembre.
  • Lebraty J., 1992, « Management et gestion, quel apprentissage ? », Economies et sociétés n°18, Série ès de Gestion, p.(131-159).
  • Mintzberg ,H. 1990, Management voyage au cœur des organisations, Les organisations.
  • Petit, S. C. S. et Huaut I., 2009, Les grands auteurs en management, 2ème Editions, EMS Management et Sociétés.

Cher-e-s étudiant-e-s,

Merci d’effectuer cet exercice en référence au cours..

1) L’entreprise est-elle une organisation ? 

Confirmez ou infirmez votre réponse.

– C’est vrai, l’entreprise est une organisation.

– C’est faux, l’entreprise n’est pas une organisation.

2) Argumentez votre réponse

– Définissez ce qu’est une entreprise.

– Définissez ce qu’est une organisation.

– Définissez la relation entre l’entreprise et l’organisation.

3) Donnez 3 exemples

—  d’entreprise ;

—  d’organisation.

Axe 1. « Clarification sémantique des concepts

Bonjour Cher-e-s étudiant-e-s,

L’objectif de cet axe 1 est de définir le concept « management » par rapport aux concepts : organisation, gestion et direction.

A cet effet, vous pouvez

– consulter le document PP traitant à la fois la différence et la relation entre ces concepts :

–  lire le polycopié qui accompagne cet exposé ;

–  discuter la particularité de chaque concept dans l’espace forum ; 

– et enfin, évaluez votre compréhension et votre maîtrise du sens que couvre chaque concept à travers l’exercice proposé vous pouvez  

Bien cordialement.

Pr.Latifa Horr.

Département Économie- Gestion

Professeure Latifa HORR

Management Général des Organisations

Axe 1. « Clarification » sémantique du concept « management »

Licence 1, S 2 : Parcours Économie- Gestion

Année Universitaire : 2020-2021

Tables des matières 

1.      Introduction. 3

2.      Qu’est l’organisation ?. 3

3.      Qu’est-ce que la gestion ?. 5

4.      Qu’est-ce que la direction ?. 6

5.      Qu’est ce que le management ?. 7

Conclusion

1.   Introduction

Cet axe traite la difficulté intrinsèque de définir le concept « management » par rapport aux concepts : « gestion », « organisation » et « direction ».

Des flottements déjà en usage pour différentier le sens que couvre ces concepts hypothèquent l’efficacité des actions au sein des organisations. Car si ces concepts ne renvoient pas aux mêmes actions, ils ne mobilisent pas non plus les mêmes capacités intellectuelles nécessaires à l’accomplissement de ces actions.

Il ne s’agit guère d’une simple querelle de vocabulaire, mais d’un effort de clarification sémantique en vue de préciser les actions, leur étendu et les résultats attendus de ces actions.

2.   Qu’est-ce que l’organisation ?

Le mot organisation, relève du langage courant, il appartient à la même famille qu’organe et organisme.

  • Un organe est un ensemble d’éléments cellulaires différentiés.
  • Un organisme est, soit l’ensemble des organes qui constituent un être vivant, soit tout être vivant est un ensemble organisé. Tout ce qui vit est organisé.

L’organisation est l’essence même de la vie ; sur ce point tous les biologistes d’accordent aujourd’hui. La désorganisation, c’est d’abord la maladie, et finalement, la mort.

Toujours dans un langage courant, le contraire du mot organisation cité par tous les dictionnaires, c’est le mot anarchie, pris dans son sens général de désordre et indépendamment donc de toute connotation philosophique ou politique.

Ce qui nous importe c’est de montrer que l’action de l’organisateur se divise en deux temps successifs et non interchangeables ; d’abord concevoir, ensuite mettre en œuvre.

Concevoir, c’est recourir à la pensée, aux connaissances, au savoir, à la théorie. C’est aussi s’appuyer sur les aptitudes : esprit d’organisation.

Mettre en œuvre c’est recourir à l’action, à l’expérience, au savoir-faire, à la pratique. C’est aussi s’appuyer sur d’autres aptitudes (habileté, adresse…). Ainsi l’organisateur se doit d’agir en homme de pensée et en homme d’action.

L’organisation se doit de durer un certain temps, sauf, bien entendu, si elle s’avère, à tout égard, néfaste. C’est que la conception et la mise en place d’une organisation sont coûteuses : études, lancement, rodage, formation…Une organisation est un investissement intellectuel, et, comme tel, cet investissement doit être amorti sur un certain temps d’utilisation.

Il est évident qu’une organisation conçue pour atteindre un certain objectif doit être « nécessaire », mais elle doit être aussi « insuffisante », car il est des excès d’organisation, des perfectionnements relativement inutiles dans leur rapport coûts/performances.

On ne peut pas organiser sans avoir un but, pas de but, pas d’action.

Pour ce qui est des contraintes, on ne saurait mettre en place n’importe qu’elle organisation, n’importe où, n’importe comment, à n’importe quel prix. L’organisateur prendra en compte des contraintes de qualité, évidemment, mais aussi des contraintes de délai, de prix, des contraintes juridiques (les lois et les conventions existantes), des contraintes sociales.

Parmi les buts de l’organisation, nous évoquons :

  1. L’accroissement de la productivité,
  2. L’amélioration de la qualité,
  3. La réduction des délais,
  4. L’amélioration de la sécurité des biens et des personnes,
  5. L’amélioration de la qualité des informations,
  6. L’amélioration de la circulation de l’information et des réseaux de communication,
  7. L’amélioration de la vie au travail.

Il importe de souligner que ce n’est pas à l’organisateur de choisir les buts. C’est à la direction que revient cette action. Certes, l’organisation peut innover quant aux méthodes d’analyse et aux solutions envisageables, mais elle n’est pas responsable des objectifs, pas plus que des finalités.

3.   Qu’est-ce que la gestion ?

Ce terme est empêtré avec celui d’administration, de direction et de management.

Il a fallu les successives révolutions industrielles, surtout les dernières, pour qu’avec les grandes entreprises apparaisse la notion de fonctions établies par Henri Fayol.

Les américains englobent la gestion, l’administration et l’organisation sous le vocable « management ». Or, Fayol distingue la fonction administrative du gouvernement de l’entreprise.

L’administration n’est que l’une des six fonctions dont le gouvernement doit assurer la marche. La direction générale est le pouvoir exécutif.

Malgré cette mise en garde, il est courant que la gestion soit assimilée à la direction, surtout lorsque celle-ci se focalise sur les aspects financiers du comportement de l’entreprise. La gestion serait alors la lecture, à livre ouvert, des bilans et des comptes d’exploitation. Elle serait en quelque sorte, d’essence purement comptable et financière.

Si l’on reprend la définition donnée pour le verbe organiser, si rien ne change, ni le but, ni les données, ni les conditions, ni les contraintes – et ni les hommes-, l’organisation à elle seule suffit à assurer la bonne marche de l’entreprise, tout en se passant comme prévu de la gestion. Mais, d’une part, une organisation aussi poussée soit-elle ne saurait avoir tout prévu.

D’autre part, tout change ; buts, données, conditions, contraintes, hommes. Enfin, dans la plupart des cas, une organisation ne fonctionne pas toute seule, il lui faut des opérateurs.

Est gestionnaire celui à qui sont confiés la responsabilité et le fonctionnement – la gestion- d’une partie d’une organisation. Il n’est donc pas ici question de « hautes finances » : on gère des stocks, un parc de véhicules, un parc de machines, du personnel, une clientèle, un réseau de vente, des contrats et, aussi des finances.

Aux gestionnaires, il appartient d’utiliser l’organisation qui leur a été confiée, de la maintenir en état, et, s’il y a lieu, de procéder à d’ultimes ajustements ou à, des modifications mineures rendues nécessaires par les changements intervenus. La gestion a ainsi au niveau tactique une fonction de régulation. Dans ce sens, gérer c’est administrer et l’on rejoint pleinement Fayol.

Gérer, c’est mettre en œuvre l’organisation et déclencher les actions nécessaires. Gérer ne change pas l’organisation, ou si peu. C’est maintenir « les choses » – l’organisation- en l’état, c’est conserver, garder le contrôle. C’est faire au mieux avec ce dont on dispose. C’est donc l’affaire de tous ceux qui, dans l’entreprise, ont une responsabilité, si humble soit-elle.

Certes, le concept de gestion, tel qu’il est exposé ci-dessus, revêt un aspect mécanique et routinier.

4.   Qu’est-ce que la direction ?

Gérer n’est donc pas diriger. Si la gestion tend à maintenir l’équilibre résultant de l’organisation mise en place, c’est la direction qui a déterminé cet équilibre, tout comme elle aura aussi à déterminer les suivants.

C’est la direction qui détermine la nature, l’étendue des remises en cause de l’organisation, et qui en fixe le moment. C’est à elle que reviennent les grands choix stratégiques : politiques, objectifs, programmes, budgets et organisation.

C’est la direction qui montre la direction à prendre. C’est à elle qu’incombe de rassembler les forces et d’animer les ressources nécessaires au « projet » de l’entreprise.

Si la gestion est l’administration, la direction est le gouvernement, Fayol l’a fort bien dit. Son rôle, sinon sa justification, est de réaliser, à tout moment, les synthèses nécessaires entre les besoins des différentes fonctions, une synthèse n’étant pas la somme des d’opinions différentes mais un système qui se caractérise d’abord par sa cohérence.

La direction est avant tout une fonction qui, dans le système entreprise, est prééminente, supérieure à toutes les autres. Quant aux directeurs, ils sont seulement des responsables dont la formation et l’expérience donnent le plus de garanties pour qu’ils fassent de bons choix et prennent de bonnes décisions.

Diriger est devenu de plus en plus difficile et requiert davantage des dirigeants de qualité et courageux.

L’organisation, si elle est bien conçue, est la base et est la condition même d’une bonne gestion au sens développé précédemment. En revanche, une bonne organisation, même si elle engendre une bonne gestion, ne suffit pas à mettre à l’abri des conséquences d’une mauvaise direction. Il en serait de même pour un excellent véhicule automobile mis entre les mains d’un mauvais conducteur.

5.   Qu’est ce que le management ?

Le sens du mot management varie selon celui qui l’emploie. Aux Etats unies, si ce mot n’est pas complété ou éclairé par le contexte, il signifie à la fois l’organisation, la gestion et la direction. Avec toutes les techniques correspondantes et les hommes qui les utilisent, le management est plus une référence à un système de valeurs et de croyances.

S’il peut exister de mauvaises organisations, de mauvaises gestions, de mauvaises directions, basées sur des techniques pour la plupart quantitatives, il ne peut exister de mauvais management, car le management est, à tout moment, ce qui convient en matière d’organisation, de gestion de direction.

Le management c’est le succès en entreprise. C’est donc une illusion de croire que le management est essentiellement à base techniques. Il est pratiques autant que théories, il est attitudes autant que connaissances, il est même et surtout un état d’esprit.

Le management doit moins à des techniques qu’à des fondements culturels.

Les différents contextes économiques et sociaux secrètent des attitudes également différentes, et nos forces et nos faiblesses sont inscrites dans nos mentalités. La compétence en matière de management pourrait finalement ne pas être une somme de notions mais une forme de l’esprit.

Si l’organisation, la gestion et la direction sont à base de techniques. Tel n’est pas le cas pour le management dont la référence socioculturelle l’emporte sur les références techniques.

Conclusion

Organiser, c’est concevoir et mettre en place le système organisationnel (structures, méthodes, procédures, moyens correspondants).

Gérer, c’est mettre en œuvre et maintenir en état ce système.

Diriger, c’est au plus haut niveau et pour le terme le plus lointain, faire les grands choix, prendre les grandes décisions, y compris en matière d’organisation, se procurer les ressources nécessaires, et animer tout le système organisationnel.

Dans une entreprise, la gestion, l’organisation et la direction procèdent les unes aux autres et sont en constante interaction. Ce qui permet de les distinguer, outre leur nature différente, c’est le moment et le niveau où chacune intervient.

Management Général des Organisations


Définition du concept  « Management « 

Comments
No comments
Post a Comment



    Reading Mode :
    Font Size
    +
    16
    -
    lines height
    +
    2
    -