Latest News

Cours de comptabilité générale

Cours de comptabilité générale


Le plan :

Chapitre 1 : Définition de la comptabilité générale, l’Analyse des flux et le compte

Chapitre 2 : Les états de synthèse : Bilan er CPC

Chapitre 3 : l’organisation comptable

Chapitre 4 : La facturation

Chapitre 1 : Définition de la comptabilité générale, l’Analyse des flux et le compte

Définitions et principes comptables

  1. La définition de la comptabilité générale :
  2. La comptabilité générale est une technique d’information
  3. La comptabilité générale est un outil de gestion pour l’entreprise
  4. La comptabilité générale est un moyen de preuve en cas de litige avec les parties prenantes
  5. La comptabilité générale est un moyen nécessaire pour calculer le montant de l’impôt
  6. La comptabilité générale permet de calculer la valeur ajoutée
  7. La comptabilité générale est une obligation
  8. Les principes comptables
  9. La continuité de l’exploitation
  10. Le coût historique
  11. La permanence des méthodes
  12. La séparation des exercices
  13. La prudence
  14. La clarté
  15. L’importance significative
  1. La notion de flux
  • L’entreprise entretient des relations avec ses parties prenantes (partenaires). Ces relations se traduisent par un nombre de flux.

  • A titre d’exemple, la relation Entreprise-Salariés se traduit par deux flux :
  • Un flux est défini comme étant un mouvement de biens, de services ou de valeurs.
  • On distingue deux types de flux : Un flux monétaire ou financier et un flux réel.
  • Le flux réel est un mouvement de biens ou de services (Achat de marchandises, réparation d’une machine).
    • Le flux monétaire ou financier est un mouvement de monnaie (Versement d’un salaire, paiement d’un dividende).
  • Chaque flux est constaté par un document (Chèque, fiche de paie, contrat de travail, facture,…), et c’est ce document qui constitue la base de son enregistrement en comptabilité.
  • La notion du compte

2.1 Le compte

Exemple : Le 01/07/N, l’entreprise Alpha a acheté 10 000 DH de marchandises à son fournisseur Ahmed. Cette opération se traduit par les flux suivants :

  • Pour l’entreprise Alpha :

– La marchandise achetée représente un flux réel entrant (1).

– La marchandise achetée à l’aide des fonds remis au fournisseur est un emploi (2).

– De (1) et (2), on déduit qu’un flux entrant est un emploi.

– Les fonds utilisés représentent un flux financier ou monétaire sortant (3).

– Les fonds utilisés pour l’achat de marchandises représentent une ressource (4).

– De (3) et (4), on déduit qu’un flux sortant est une ressource.

  • Pour le fournisseur Ahmed :

– La marchandise vendue représente un flux réel sortant

– La marchandise est cédée afin d’obtenir 10 000 DH. Donc, la marchandise est une   ressource.

– La somme de 10 000 DH obtenue constitue un emploi.

  • On peut définir un emploi comme étant la valeur obtenue par chaque agent en échange d’une ressource.
  • La comptabilité note les emplois et les ressources dans un tableau appelé compte. La partie gauche de ce tableau est réservée aux emplois et celle de droite est réservée aux ressources.
  • La partie gauche d’un compte est appelée DEBIT, (Un compte est débité lorsqu’il enregistre un emploi).
  • la partie droite est appelée CREDIT. (Un compte est crédité lorsqu’il enregistre une ressource).
  • Présentation d’un compte
  • Présentation d’un compte à colonnes séparées
Numéro et intitulé du compte
Débit (emplois)Crédit (Ressources)
DatesLibellésMontantsDatesLibellésMontants
La date de L’opérationLe motif de L’opérationLe montant de l’opération   

2.2.2.   Présentation d’un compte à colonnes mariées

  Numéro et intitulé du compte
    Dates    Libellés    Montants  Soldes
DébitCréditDébiteursCréditeurs
              

2.2.3. La présentation d’un compte schématique

 

2.3. Le solde d’un compte

  • le montant net d’un compte, à une date donnée, est égal à la différence entre le total de ses débits et le total de ses crédits. Cette différence est appelée solde du compte.

Solde  =  Σ débits – Σ crédits

(ou  Σ crédits – Σ  débits)

  • Si le total débit > au total crédit, on parle d’un solde débiteur (SD). Le solde débiteur est inscrit au crédit du compte.
  • Si le total crédit > total débit, on parle d’un solde créditeur (SC). Le solde créditeur est inscrit au débit du compte.
  • A l’ouverture d’un compte :

    – Le solde débiteur (à nouveau) est enregistré au débit du compte.

    – Le solde créditeur (à nouveau) est enregistré au crédit du compte.

2.4. Le fonctionnement d’un compte

Exemple (Etablir le compte caisse) :

  • Le 20 octobre ; retrait de la banque pour alimenter la caisse : 50.000 Dh
    • Le 22 octobre ; achat d’un matériel au comptant : 25.000 Dh
    • Le 25 octobre ; vente de marchandises contre espèces ; 7 500 Dh
    • Le 30 octobre ; versement en banque ; 20.000 Dh

L’analyse de flux :

  • L’opération du 20/10 :
  • Emploi : Achat d’un matériel
    • Ressource : Espèces en caisse (flux sortant). Le compte caisse est crédité.

L’opération du 25/10 :

  • Emploi : Augmentation espèces en caisse (flux entrant). Le compte caisse est débité.
    • Ressource : La marchandise vendue.
  • L’opération du 30/10 :
  • Emploi : Augmentation de l’avoir en banque.
    • Ressource : Espèces en caisse (flux sortant). Le compte caisse est crédité.
Le principe de la partie double
  • A l’origine de tout enregistrement comptable se trouve un document comptable (facture, ticket de caisse…). Sur la base de ce document, tout enregistrement comptable entraîne le mouvement d’au moins deux comptes :
  • Ce double mouvement caractérise la comptabilité en partie double. Ainsi un compte ne peut être débité sans contrepartie d’un compte crédité.
  • L’égalité suivante doit toujours être vérifiée :

Débit (Emplois) = Crédit (Ressources)

Exemple :

  • L’opération du 10/10 :
  • L’opération du 15/10

 

créditer:

Opérations
1- Achat, de marchandises  à crédit  
2- Emprunté 50 000 DH à la BMCE  
3- Règlement du loyer par chèque  
4- Règlement des intérêts sur emprunt (prélèvement bancaire)  
4- Règlement des salaires par chèque  
5- Règlement des clients par chèques  
6- Retour de certaines marchandises vendues  
7- Règlement des frais de transport en espèces  
8- Règlement des fournisseurs par chèque  
9- Déposé des espèces en banque  
10- Règlement de la note d’électricité par chèque  
11- Règlement  de la note de téléphone par chèque  
12- Achats de timbres fiscaux en espèces  
13-  Acquisition d’un ordinateur à crédit à régler dans huit mois  
14- Acquisition d’une machine industrielle à crédit à régler dans 2 années.  
Salariés  
comptabilité générale
Chapitre-1-Nontion-fondamentales-en-comptabilite-generale-

Séance 2

Chapitre 2 : Les états de synthèse

  1. Le bilan
  1. Exemple introductif 
  • Exemple : Monsieur Ahmed souhaite créer une entreprise. Il a apporté un capital de          2 000 000 DH et il a contracté un emprunt de 1 000 000 DH auprès de la Société Générale (SG). Cet argent a servi à :
  • L’acquisition d’un fonds commercial             1000 000 DH
  • L’acquisition d’un terrain                                            800 000
  • L’acquisition d’un local                                                400 000
  • L’acquisition d’un camion                                            200 000
  • L’acquisition d’un mobilier de bureau                         100 000
  • L’achat de marchandises                                               400 000
  • Faire un dépôt en banque                                              100 000

Les éléments ci-dessus, peuvent être classés en deux catégories :

EmploisRessources
Fonds commercial  1000 000   Terrain                     800 000   Local                        400 000   Camion                     200 000   Mobiliers de bureau  100 000   Stock                        400 000   Banque                     100 000Capital         2 000 000   Emprunt      1 000 000
Total : 3 000 000Total : 3 000 000
comptabilité générale
  • D’après le tableau ci-dessus, on distingue deux types de ressources:
  • Les capitaux propres sont apportés dans l’entreprise par l’exploitant (Monsieur Ahmed). Dans le cas d’une entreprise sociétaire, les apports sont effectués par les Associés. Les capitaux propres s’élèvent à 2 000 000 DH.
  • Les dettes constituent une ressource : Les emprunts contribuent à mettre des fonds à la disposition de l’entreprise qui peut en faire l’emploi immédiatement.  Le montant de la dette s’élève à 1 000 000 DH.
  • D’après le tableau ci-dessus, on distingue deux types d’emplois :
  • Les emplois durables : Biens utilisés durablement (durée d’utilisation supérieure à un an) dans l’entreprise sans transformation.
  • Les emplois circulants : Biens et créances transformés dans le cadre du cycle D’exploitation.
  • Les emplois sont appelés « Actif » et les ressources sont appelées « Passif ».

                                                                     =

  1. Actif (emplois) et Passif (ressources) sont présentés dans un tableau : Le Bilan


  • Le bilan est un tableau qui reflète la situation du patrimoine de l’entreprise à une date donnée (généralement le 31 décembre).
  • Le bilan se présente sous la forme d’un tableau à deux côtés qui constitue une « photographie » des éléments positifs et négatifs du patrimoine.
  • La partie gauche, appelée actif, recense les éléments ayant une « valeur économique positive » et exprime l’emploi des ressources de l’entreprise. Les éléments qui composent l’actif sont classés en fonction de leur destination (Actif immobilisé, actif circulant).
  • Les éléments ayant une « valeur économique négative » sont regroupés dans la partie droite, appelée passif. Ils sont classés en fonction de leur origine (Capitaux propres, dettes).
  • L’égalité entre actif et passif doit toujours être vérifiée car à tout emploi correspond une ressource, et réciproquement.

1.3 Les comptes du bilan

  • Les comptes  de l’actif  représentent des emplois, ils sont nécessairement débiteurs.
  • Les comptes  du passif représentent des ressources, ils sont nécessairement créditeurs.
  • Certains comptes du bilan peuvent  être débiteurs ou créditeurs, exemple : le compte «Banque».

        Actif                                                                                                  Passif

  • Les comptes de l’actif augmentent dans la partie débit et diminuent dans la partie

Crédit.

  • Les comptes du passif augmentent dans la partie crédit et diminuent dans la partie

Débit.

1.4 La variation du bilan

  1. Le cas d’un bénéfice :

Exemple : Au 01/01/2009, les éléments du bilan de l’entreprise Alpha sont les suivants :

            – Terrain                                               800 000

            – Construction                                     800 000

            – Matériel de transport            400 000

            – Marchandises                                    200 000

            – Banque                                              300 000

            – Capital                                           2 000 000

            – Emprunts                                          400 000

            – Dettes fournisseurs                           100 000

Bilan au 01/01/2009

  Actif    Montants  Passif  Montants
Actif immobilisé TerrainConstructionMatériel de transport   Actif circulant MarchandisesBanque    800 000 800 000 400 000     200 000 300 000Capitaux propres Capital Dettes Emprunts Fournisseurs  2 000 000      400 000    100 000
Total Actif2 500 000Total Passif2 500 000
comptabilité générale
  1. Au 31/12/2009, les éléments du bilan de l’entreprise Alpha sont les suivants :

– Terrain                                               800 000

            – Construction                                     700 000

            – Matériel de transport            500 000

            – Marchandises                                    200 000

            – Banque                                              350 000

            – Capital                                           2 000 000

            – Emprunts                                          350 000

            – Dettes fournisseurs                             50 000

Bilan au 31/12/2009

  Actif    Montants  Passif  Montants
Actif immobilisé TerrainConstructionMatériel de transport   Actif circulant MarchandisesBanque    800 000 700 000 500 000     200 000 350 000Capitaux propres CapitalRésultat Dettes Emprunts Fournisseurs  2 000 000 + 150 000    350 000   50 000
Total Actif2 550 000Total Passif2 550 000
  • Le total Actif – Le total Passif (avant résultat) = 2 550 000 – 2 400 000 = 150 000.

Il s’agit d’un résultat positif : Bénéfice. Ce bénéfice doit être introduit dans les capitaux propres.

  1. Le cas d’une perte

  • On retient le bilan d’ouverture de l’entreprise Alpha et on suppose que les éléments du bilan au 31/12/09 sont les suivants :

– Terrain                                   800 000

            – Construction                         800 000

            – Matériel de transport 500 000

            – Marchandises                        100 000

            – Banque                                  400 000

            – Capital                               2 000 000

            – Emprunts                              500 000

            – Dettes fournisseurs               150 000            

Bilan au 31/12/2009

  Actif    Montants  Passif  Montants
Actif immobilisé TerrainConstructionMatériel de transport   Actif circulant MarchandisesBanque    800 000 800 000 500 000     100 000 400 000Capitaux propres CapitalRésultat Dettes Emprunts Fournisseurs  2 000 000 –   50 000    500 000 150 000
Total Actif2 600 000Total Passif2 600 000
comptabilité générale
  • Le total Actif – Le total Passif (Avant résultat) = – 50 000 : Il s’agit d’une perte.
  •  Cette perte doit être introduite dans les capitaux propres avec un signe (-).

1.5 La codification

Le plan des comptes se répartit en classes qui regroupent les comptes de situation et les comptes de gestion.

Les classes de comptes de situation forment le bilan. Elles sont au nombre de cinq :

Classe 1 : Comptes de financement permanent

Classe 2 : Comptes de l’actif immobilisé

Classe 3 : Comptes de l’actif circulant hors trésorerie.

Classe 4 : Comptes du passif circulant hors trésorerie.

Classe 5 : Comptes de trésorerie

Chaque classe est subdivisée en  rubriques,  postes et  comptes :

niveauCode
1– Classe (masse) 2– Rubrique 3– Poste 4– Compte principal X  XX  XXX  XXXX
5– Compte divisionnaire 6– Sous-compte XXXXX  XXXXXX
comptabilité générale

Exemple : Pour le compte 1111 capital social 

Classe 1 : Financement permanent

Rubrique 11 : Capitaux propres

Poste 111 : Capital social ou personnel

Compte principal 1111 : Capital social

Remarque : Dans la présentation des documents de synthèse (bilan et CPC) on se limite aux postes.

1.6 Présentation du bilan

  Actif (emploi des ressources)      Passif (origine des ressources)
Actif immobilisé (Classe 2)     Actif circulant hors trésorerie (Classe 3) :       Trésorerie-Actif- (La rubrique 51) :  Financement permanent (Classe 1) :     Passif circulant hors trésorerie (Classe 4) :       Trésorerie – Passif – (Rubrique 55) :    
Total actifTotal Passif
comptabilité générale
  • Actif immobilisé (Classe 2) : Les actifs immobilisés sont constitués par les biens et valeurs qui concourent à l’activité et ont donc vocation à rester durablement dans l’entreprise. L’actif immobilisé est composé par les principales rubriques suivantes :
  • Les immobilisations en non valeurs : Elles regroupent les éléments d’actifs n’ayant pas de valeur de revente à des tiers (Frais de constitution,…).
  • Les immobilisation incorporelles : Sont les éléments d’actifs n’ayant pas d’existence matérielle. (Brevet, fonds de commerce,…).
  • Les immobilisations corporelles : Elles regroupent les éléments d’actifs ayant une existence physique (Terrains, constructions, matériels et outillages, mobilier,…)
  • Les immobilisations financières : sont des éléments représentant des avoirs à caractère financier (Prêts accordés à des salariés ou à des tiers, participations dans d’autres entreprises,…).
  • Actif circulant hors trésorerie (Classe 3) : Les actifs circulants hors trésorerie  correspondent aux éléments qui participent au cycle d’exploitation de l’entreprise et sont, de ce fait, appelés à se renouveler fréquemment. On distingue les rubriques principales suivantes :
  • Les stocks sont des éléments destinés à être consommés ou vendus : Matières premières, produits finis, marchandises,… ;
  • Les créances matérialisent les délais de paiement accordés aux clients et représentent donc des sommes dues à court terme à l’entreprise ;
  • Les titres et valeurs de placement : sont des titres achetés en vue de réaliser un gain à brève échéance.    
  • Trésorerie -Actif- (La rubrique 51) : Regroupe les soldes bancaires débiteurs, les chèques et valeurs à encaisser ainsi que les valeurs disponibles en numéraire.
  • Financement permanent (Classe 1) : Les ressources mises à la disposition de l’entreprise d’une façon permanente. Le financement permanent comprend :
  • Les capitaux propres : Ils représentent les ressources de l’entreprise apportées par ses propriétaires ou générées par son activité. Ils regroupent :
    • Le capital (le montant global des apports) ;
    • Les réserves, constituées des bénéfices antérieurs conservés dans l’entreprise ;
    • Le résultat de l’exercice.
    •     
  • Les dettes de financement : Les ressources mises à la disposition de l’entreprise par des tiers d’une façon durable (Emprunts obligataires, emprunts auprès des établissements de crédit,…).
  • Passif circulant hors trésorerie (Classe 4) : Regroupe toutes lesdettes ou ressources liées à l’exploitation quel que soit leur délai d’exigibilité et celles hors exploitation exigibles à court terme.
  • Trésorerie – Passif – (Rubrique 55) : Comprend l’ensemble des soldes bancaires créditeurs remboursables à court terme.

Application :

Le 1er  Janvier 2009, Mr BACHIR a décidé de créer une S.A.R.L à associé unique pour la commercialisation des produits sanitaires et électriques. Pour cela, il a apporté un capital personnel de  1. 000 000 DH et a emprunté à long terme une somme de 500 000, cet argent a été employé pour l’acquisition des éléments suivants :             

– Frais de constitution                                       20 000

– Terrains                                                         480 000

– Un local à usage commercial                       450 000

– Divers mobiliers de bureau                          25 000

– Un matériel de transport                               125 000

– Un micro-ordinateur                                       30 000

 – Des marchandises pour 300 000 réglé 70% au comptant par chèque bancaire et le reste à crédit.

  • Le reste de l’avoir est déposé pour 80% en banque et 20% en caisse.

Travail à faire :

Établir le bilan au 01/01/2009.

1. Il est nécessaire de déterminer le montant de l’avoir en banque et le montant des espèces en caisse :

Avoir en banque + espèces en caisse = (1 000 000 + 500 000) – (20 000 + 480 000 + 450 000 + 25 000 + 125 000 + 30 000 + 210 000) = 160 000 DH

  Actif    Montants  Passif  Montants
Actif immobiliséImmobilisations en non valeurFrais préliminaires Immobilisations corporellesTerrainsConstructionsMatériel de transportMobiliers, Matériels de bureau et aménagements diversActif circulant hors trésorerieStocksMarchandisesComptes de trésorerieTrésorerie – Actif – Banque, trésorerie générale et chèques postaux débiteursCaisse, Régie d’avance et accréditifs          20 000     480 000 450 000 125 000   55 000             300 000     128 000         32 000Financement permanentCapitaux propresCapital social ou personnelDettes de financement                 Passif circulant hors trésorerieDettes du passif circulantFournisseurs et comptes rattachés      1 000 000      500 000                              90 000
Total Actif1 590 000Total Passif1 590 000
comptabilité générale
  • Le compte de produits et charges

2.1 La notion de produit et charge

  1. Le produit
  • L’activité de l’entreprise génère des recettes, principalement constituées par les ventes de marchandises, de produits finis ou de services.

Exemple : L’entreprise Alpha a vendu 2 000 DH de marchandises au client Yassir. Ce dernier a payé au comptant par chèque.

Cette opération se traduit par les flux suivants :

  • La vente de marchandises a donné lieu à une entrée d’argent pour l’entreprise Alpha.
  • Cette opération de vente constitue une source d’enrichissement pour l’entreprise Alpha.
  • Cette source d’enrichissement est appelée « Produit ».
  • L’opération de vente se traduit par l’écriture suivante :
  • Les comptes de produits sont crédités par le débit d’un compte d’actif ou de passif.
  • Les comptes de produits augmentent au crédit et diminuent au débit.
  • Les produits sont regroupés en trois catégories principales :
  • Les produits d’exploitation : Sont des produits qui relèvent de l’activité de l’entreprise, autrement dit, des produits relatifs au cycle d’exploitation de l’entreprise (Ventes de marchandises, Ventes de produits finis, Subventions d’exploitation,…)
  • Les produits financiers : Sont des produits ayant un caractère financier, autrement dit, des produits liés aux opérations de placement (Intérêts reçus, produit des titres de participation,…).
  • Les produits non courants : Des produits qui ne sont pas liés à l’activité normale et courante et n’ont pas un caractère répétitif (Ventes des immobilisations corporelles, Dégrèvement d’impôt…).
  • La charge
  • Dans le cadre de son activité, toute entreprise est amenée à engager des frais de fonctionnement.

Exemple : L’entreprise Alpha a acheté 3 000 DH de marchandises à son fournisseur Amine. Cet achat a été réglé au comptant par chèque.

Cette opération se traduit par les flux suivants :

  • L’achat de marchandises a entraîné une sortie d’argent pour l’entreprise Alpha.
  • Cette opération d’achat constitue une source d’appauvrissement pour l’entreprise Alpha.
  • Cette source d’appauvrissement est appelée « Charge ».
  • Cette opération d’achat se traduit par l’écriture suivante :
  • Les comptes de charges sont débités par le crédit des comptes d’actif ou de passif
  • Les comptes de charges augmentent au débit et diminuent au crédit.
  • Les charges sont regroupées dans trois catégories principales :
  • Les charges d’exploitation : Sont des charges liées au cycle d’exploitation de l’entreprise, autrement dit, des charges qui relèvent de l’activité de l’entreprise (Achats de marchandises, achats de matières premières,…).
  • Les charges financières : Sont des charges de nature financière (Intérêt des emprunts, perte de change,…).
  • Les charges non courantes : Des charges qui ne sont pas liées à l’activité normale et courante et n’ont pas un caractère répétitif (Paiement des amendes fiscales et pénales, Dons,…).

2.2 Présentation du Compte de Produits et Charges (CPC) et détermination du résultat

  • Les charges consommées et les produits générés sont regroupés au sein d’un tableau : Le compte de produits et charges (CPC). Ce document explique comment l’entreprise dégage des bénéfices (résultat positif) ou, au contraire, subit des pertes (résultat négatif).
  • Le CPC reflète l’activité de l’entreprise au cours d’une période donnée.
Produits d’exploitation – Charges d’exploitation 
Résultat d’exploitation (1) 
Produits financiers – Charges financières 
Résultat financier (2) 
(1)+(2)= Résultat courant (3) 
Produits non courants – Charges non courantes 
Résultat non courant (4) 
(3)+(4) = résultat avant impôt 
Impôt sur le résultat 
Résultat net de l’exercice 
comptabilité générale

Résultat net de l’exercice = (Produits d’exploitation + Produits financiers + Produits non courants) – (Charges   d’exploitation + Charges financières + Charges non courantes).

Résultat >0 : Il s’agit d’un bénéfice.

Résultat < 0 : Il s’agit d’une perte.

2.3 L’incidence des stocks sur le CPC

  • Les ventes de marchandises réalisées par une entreprise commerciale au cours d’un exercice donné ne se résument pas en l’écoulement des achats de la période considérée : Certaines marchandises écoulées proviennent du stock d’ouverture tandis que d’autres, achetées au cours de la période mais non encore revendues, constituent le stock en fin d’exercice.
  • De même, dans une entreprise industrielle, la consommation de matières premières ne coïncide que très rarement avec le volume des achats de la période, et les produits finis vendus peuvent provenir pour partie du stock de début d’exercice tandis que le stock de clôture reçoit la production non écoulée.
  • Ce constat montre la nécessité de prendre en compte les variations de stocks, qui influent directement sur le montant du résultat.

  1. Marchandises et matières premières

  • L’activité d’une entreprise commerciale consiste à acheter des marchandises pour les revendre en l’état, c’est-à-dire sans opération de transformation.
    • Les marchandises achetées au cours de la période ne peuvent être considérées comme des charges que si elles sont revendues.
    • Les marchandises qui ont été prélevées sur le stock existant pour alimenter les ventes sont assimilables à une charge de la période considérée, car cette opération traduit une sortie de valeur que l’on peut évaluer au coût d’achat de ces mêmes marchandises.
    • Il convient de déterminer la consommation de marchandises au cours de la période considérée.

Exemple 1 (Cas des  marchandises) : Pour l’exercice N, on a :

  • Stock de marchandises au début de l’exercice ou stock initial : 240 000 DH
  • Achats de marchandises : 1 280 000 DH
  • Stock de marchandises à la fin de l’exercice ou stock final : 190 000 DH

Achats revendus de marchandises = Stock initial + Achats de marchandises – Stock final

                                                        = (Stock initial – Stock final) + Achats de marchandises

                                                        = 240 000 – 190 000) + 1 280 000 = 1 330 000 DH

  • On désigne par variation de stocks de marchandises la différence entre le stock initial (SI) et stock final (SF).
  • SI > SF : Le compte « variation de stocks des marchandises » présente un solde débiteur (ce solde doit être ajouté au montant des achats).
  • SI < SF : Le compte « variation de stocks de marchandises » présente un solde créditeur (ce solde doit être retranché du montant des achats).

Exemple 2 (Cas des matières premières) :

  • Stock de matières premières au début de l’exercice ou stock initial : 140 000 DH
  • Achats de matières premières : 280 000 DH
  • Stock de matières premières à la fin de l’exercice ou stock final : 190 000 DH

Achats consommés de matières premières = Stock initial + Achats de matières premières – Stock final

                                                        = (Stock initial – Stock final) + Achats de matières premières

                                                        = (140 000 – 190 000) + 280 000 = 230 000 DH

  • On désigne par variation de stocks de matières premières, la différence entre le stock initial (SI) et stock final (SF).
  • SI > SF : Le compte « variation des stocks de matières premières » présente un solde débiteur (ce solde doit être ajouté au montant des achats).
  • SI < SF : Le compte « variation des stocks de matières premières » présente un solde créditeur (ce solde doit être retranché du montant des achats).

  1. Les produits finis et encours

  • L’activité d’une entreprise industrielle consiste à vendre des produits finis élaborés à partir de matières premières ou de produits intermédiaires.
    • Dans la réalité, la production d’un exercice a peu de chances d’être strictement équivalente aux ventes de produits finis enregistrées au cours de cette période.

Exemple 3 :

  • Stock de produits finis au début de l’exercice ou stock initial : 100 000 DH
  • Ventes de produits finis : 400 000 DH
  • Stock de produits finis à la fin de l’exercice ou stock final : 150 000 DH

Production de l’exercice = Stock final + Ventes de produits finis – Stock initial

                                                        = (Stock final – Stock initial) + Ventes de produits finis

                                                        = (150 000 – 100 000) + 400 000 = 450 000 DH

  • On désigne par variation de stocks de produits finis, la différence entre le stock Final (SF) et stock initial (SI).
  • SF > SI : Le compte « variation des stocks de produits finis » présente un solde créditeur (ce solde doit être ajouté au montant des ventes).
  • SF < SI : Le compte « variation des stocks de produits finis » présente un solde débiteur (ce solde doit être retranché du montant des ventes).

Application :

Le comptable de l’entreprise Alpha (Entreprise commerciale) vous fournit les informations suivantes :

N° compteIntitulé du compteMontantsN° compteIntitulé du compteMontants
6111   6123     61251       61311       6133   6142 6171   63111 65861Achats de marchandises Achats d’emballages   Achats de fournitures non stockables Location de terrains     Entretiens et réparations Transport Rémunération du personnel Intérêts Dons100 000      5 000        2 000           5 000           2 500   1 500   30 000       8 000   15 0007111   7161     7321       7513Ventes de marchandises Subventions d’exploitation reçues Revenus des titres de participations   Produits de cessions des immobilisations corporelles200 000     50 000       20 000         30 000
comptabilité générale
  • Le stock initial de marchandises s’élève à 80 000 DH
  • Le stock final de marchandises s’élève à 20 000 DH
  • Le taux d’imposition : 30%

Travail à faire : Etablir le CPC de l’entreprise Alpha.


Commentaires
Aucun commentaire
Enregistrer un commentaire



    Reading Mode :
    Font Size
    +
    16
    -
    lines height
    +
    2
    -